Quartier par quartier, la rivalité cartographiée des tifosis de Rome

Des supporteurs de la Lazio en octobre 2018.
Des supporteurs de la Lazio en octobre 2018.

Si, depuis longtemps maintenant, dans la hiérarchie de la Serie A, la Lazio et la Roma doivent se contenter des seconds rôles (privées l'une comme l'autre de scudetto depuis plus de vingt ans), la rivalité qui anime les deux équipes de la capitale italienne n'a rien perdu de sa férocité. Impossible pour tout bon Romain qui se respecte d'échapper à l'éternelle question : « Per chi tifi ? », version italienne du « Tu es pour qui ? ». Dans la Ville éternelle, chacun est sommé d'avouer de quel côté son cœur footballistique balance.

Une rivalité ancrée jusque dans la géographie de la ville et notamment celle de ses quartiers, étiquetés par les supporteurs romains – avec plus ou moins de précision – selon leur appartenance, tantôt giallorossa (Roma), tantôt biancoceleste (Lazio). Et si, bien souvent, une fresque murale ou des myriades de graffitis d'insultes suffisent à rappeler quelle équipe est « maîtresse des lieux », deux chercheurs ont décidé d'en avoir le cœur net. Filippo Celata, professeur de géographie économique, et Gabriele Pinto, doctorant en sciences sociales à l'université romaine La Sapienza, ont ainsi eu l'idée de cartographier la densité de tifosis par zone d'habitation (en s'appuyant sur des données relatives aux préférences des utilisateurs de réseaux sociaux).

« Il n'y a pas de zone où les aigles sont plus nombreux que les loups »

Sans surprise : l'étude vient confirmer l'écrasante suprématie de la tifoseria « jaune et rouge » sur sa rivale. La [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles