Quatrième victoire en quatre matches de préparation pour l'équipe de France

Rudy Gobert et les Bleus ont mis un quart-temps avant de prendre la pleine mesure de la Belgique. (N. Luttiau/L'Équipe)

Après une mise en route compliquée, les Bleus ont aisément dominé la Belgique, jeudi soir à Montpellier (90-71). Il s'agit de la quatrième victoire en autant de matches de préparation pour les hommes de Vincent Collet.

Le temps des matches amicaux est terminé pour l'équipe de France. L'Euro est encore loin, et les Bleus disputeront encore deux matches avant le rendez-vous du gratin continental. Deux matches de qualifications pour la Coupe du monde 2023, dont un à Bercy, mercredi prochain, contre la République tchèque. Avant de passer aux choses plus sérieuses donc, les hommes de Vincent Collet ont remporté jeudi une assez large victoire contre la Belgique (90-71), après deux succès glanés contre l'Italie (78-77 et 100-68) et un autre, en début de préparation, contre les Pays-Bas (89-65).

Dans la Sud de France Arena de Montpellier, Evan Fournier (10 points) et les siens ont eu quelques difficultés à se mettre en route. L'agressivité des Lions, capables de mettre beaucoup de vitesse dans le jeu après rebond, mais également la maladresse tricolore, ont joué pour beaucoup dans le début de scenario qui a vu les locaux être menés 24-13. Pas de quoi inquiéter, à condition de hausser le ton, et de contenir un peu Retin Obasohan (14 points à la mi-temps, et au final), qui jouera à l'Asvel la saison prochaine.

Gobert - Bako, duel en altitude

C'est ce que les Français sont parvenus à faire, avant même la fin du premier acte, achevé sur un un 6-0 (19-24, 10e), prolongé en 11-0 sur un panier à trois points d'Amath M'Baye, qui a enfin trouvé la mire avec l'équipe de France, après deux premiers matches compliqués.

lire aussi

Albicy, Fall, Tarpey... Des surprises possibles dans la liste des Bleus pour l'Euro

Malgré l'écart, la partie a offert quelques grosses séquences, à l'image du duel de pivots mené par Rudy Gobert (12 points, 6 rebonds) et Ismaël Bako (8 points), ancien pensionnaire de l'Asvel. Le premier a lancé les hostilités d'un énorme dunk à une main sur la tête de son vis-à-vis (37-35). Une action d'éclat rendue par le Belge en milieu de troisième quart-temps. Seulement son équipe avait déjà décliné (54-40), malmenée par Thomas Heurtel (13 points, meilleur marqueur français), aussi altruiste qu'adroit (5 sur 8 au tir, dont 2 sur 4 à trois points). Ses deux banderilles à trois points pour faire passer le score à +20 (60-40) ont mis fin au suspense bien avant le quatrième quart.

Tarpey, le joli troisième quart

Un dernier acte presque anecdotique. Haché même. Il a toutefois permis l'entrée très tardive de Mam Jaiteh pour les cinq dernières minutes, et même de William Howard, sur légère blessure de Maledon.

30

L'équipe de France n'a encaissé que 30 points cumulés sur le deuxième et le troisième quart-temps.

Alors que Vincent Collet doit annoncer sous peu la liste des douze joueurs retenus pour disputer l'Euro, le joueur du Mans Terry Tarpey a marqué de gros points (8 points, 3 rebonds, 2 passes). Inséré dans le cinq de départ après la pause en raison du nombre de fautes élevé de Timothé Luwawu-Cabarrot, l'ailier a rapidement inscrit six points et proposé de belles lectures de jeu sans ballon.

Tout aussi appréciable : la marque très répartie pour l'équipe de France. Les trois leaders (Gobert, Fournier et Heurtel) ont été les plus prolifiques (35 points), et tous les autres joueurs ont contribué, avec une mention spéciale pour ceux sortis du banc (48 points). La montée en puissance doit se poursuivre alors que l'Euro débutera dans tout juste deux semaines.

lire aussi

Avec les Bleus, Timothé Luwawu-Cabarrot retrouve une confiance perdue en NBA