Thiam, Barshim, Kipyegon... Ce qu'il faut retenir de la nuit de lundi à mardi à Eugene

Nafissatou Thiam, Mutaz Essa Barshim et Faith Kipyegon ont brillé à Eugene. (F. Faugère/L'Équipe)

La Belge Nafissatou Thiam a dû s'employer pour remporter l'heptathlon, tout comme le Qatarien Mutaz Essa Barshim, sacré pour la troisième fois à la hauteur. Également grande favorite, la Kenyane Faith Kipyegon a tenu son rang sur 1 500 m, tout comme Yulimar Rojas au triple saut.

Le suspense est resté presque entier jusqu'au bout de l'heptathlon. Déjà sacrée en 2017, la Belge Nafissatou Thiam a reconquis le titre qui lui avait échappé en 2019 grâce à un 800 m de feu lui permettant d'effacer son retard au classement sur la Néerlandaise Anouk Vetter, terminant à l'agonie à 7 secondes de sa rivale, qui devait « seulement » lui reprendre 1''40.

Au bord de l'épuisement après la ligne comme à chaque fin de campagne, les deux adversaires trouvaient encore quelques forces pour se féliciter mutuellement, sous les applaudissements nourris du public, conscient d'avoir assisté à un superbe duel. Des applaudissements qui allaient aussi à l'Américaine Anna Hall, vainqueure de ce 800 m et médaillée de bronze.

lire aussi

Calendrier/résultats des Mondiaux

Le 3 000 m steeple a vu la victoire très convaincante du champion olympique marocain Soufiane El Bakkali, qui a terminé en solo dans la dernière ligne droite (8'25''13), devant l'Éthiopien Lamecha Girma (8'26''01) et le Kenyan Conseslus Kipruto (8'27''92). Mehdi Belhadj, pour sa première grande finale, a pris la 13e place en 8'34''49.

Troisième titre d'affilée pour Barshim

Le concours de hauteur a été très spectaculaire et pour la troisième fois d'affilée, il a sacré le Qatarien Mutaz Essa Barshim, qui s'est imposé en franchissant 2,37 m, meilleure performance mondiale de l'année, poussé dans ses retranchements par le champion du monde en salle sud-coréen Sang-hyeok Woo (2,35 m) et l'Ukrainien Andriy Protsenko (2,33m). Co-champion olympique à Tokyo avec Barshim, l'Italien Gianmarco Tamberi a pris la quatrième place (2,33 m).

La session s'est achevée par le très large succès de la Kenyane Faith Kipyegon sur 1500 m, venant étoffer un palmarès déjà riche de deux titres olympiques et un titre mondial sur la distance. Cette fois, elle s'est imposée en 3'52''96 devant l'Éthiopienne Gudaf Tsegay (3'54''52) et la Britannique Laura Muir (3'55''28), le trio parti très rapidement avec l'Éthiopienne Freweyni Hailu.

Rojas toujours seule au monde

Le succès de la Vénézuélienne Yulimar Rojas au triple saut devait être une formalité au vu de son ultra-domination sur la discipline depuis plusieurs saisons. En s'envolant à 15,47 m (1,9 m/s) dès son deuxième essai, la championne olympique a assommé le concours et signé une nouvelle meilleure performance mondiale de l'année.

lire aussi

Yulimar Rojas ne participera pas au saut à la longueur aux Mondiaux

La voici nantie d'un troisième titre mondial en plein air, après ceux de Londres en 2017 et Doha en 2019. « Yuli » n'a pu être engagée sur la longueur lors de ces Mondiaux car elle avait utilisé ses pointes de triple (à la semelle trop épaisse pour être réglementaires en longueur) le jour de son saut de qualification. Elle se contentera d'un nouveau titre dans « sa » spécialité, laissant sa dauphine jamaïquaine Shanieka Ricketts (14,89 m) et la troisième, l'Américaine Tori Franklin (14,72 m) à distance très respectable.

Les favoris passent sans souci les séries du 200 m

Sur 200 m, les grands favoris ont passé l'obstacle en toute sérénité : Noah Lyles a été le plus rapide (19''98), Erriyon Knighton a aussi impressionné par sa facilité avant de décélérer (20''01) et Fred Kerley (20''17), également vainqueur de sa course, a semblé avoir récupéré de sa grande soirée de samedi et de son titre sur 100 m.

En revanche, André de Grasse, le champion olympique canadien sur le demi-tour de piste, a déclaré forfait dans la journée, encore à court de forme après un contrôle positif au Covid il y a quelques semaines. Il avait été éliminé en demi-finales du 100 m.

lire aussi

Les favoris passent sans frayeur le premier tour du 200 m des Mondiaux, Fall éliminé d'entrée

Mouhamadou Fall a pris la 5e place en 20''83 de sa série remportée par le Dominicain Alexander Ogando en 20''01 (+ 0,5 m/s), et disparaît d'entrée. Sous la menace d'une suspension pour manquements supposés à ses obligations de localisation antidopage, Fall avait été malgré tout aligné par la FFA sur 200 m mais ne prendra pas part aux séries du 4x100 m, car une suspension postérieure invaliderait le résultat des Bleus.

Sur la même distance côté féminin, le trio jamaïquain sur le podium la veille sur 100 m (Shelly-Ann Fraser-Pryce, Shericka Jackson et Elaine Thompson-Herah) a pu se remettre de ses émotions sans trembler. Les trois ont passé le premier tour, Jackson prenant bien soin de ne pas freiner trop tôt comme à Tokyo l'an passé où elle avait été éliminée d'entrée.

Cette fois, elle a gagné sa série en 22''33. Quant à Fraser-Pryce, elle a trouvé le temps de remettre en place ses ajouts capillaires après quelques mètres de course... À noter aussi la belle impression laissée par l'Américaine Abby Steiner (22''26), tandis que la Nigérienne Aminatou Seyni a signé le meilleur chrono de ces séries en 21''98, nouveau record national. Forfait, l'Ivoirienne Marie-Josée Ta Lou n'a pas pris le départ de sa course.

lire aussi

Toute l'actualité des Mondiaux

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles