Quinze Bleus disputeront les Mondiaux à Belgrade

Koumba Larroque. (F. Faugère/L'Équipe)

L'équipe de France alignera quinze lutteurs aux Mondiaux qui débutent samedi à Belgrade (Serbie) avec la gréco-romaine. Bleue la plus titrée, Koumba Larroque a perdu un match de sélection contre Pauline Lecarpentier (-68 kg) et évoluera à -65 kg, catégorie non olympique.

Les Championnats du monde débutent samedi à Belgrade (Serbie) avec la gréco-romaine et se terminent dimanche 18 avec la lutte libre.

Quinze Bleus seront présents. En gréco-romaine : Léo Tudezca (-60 kg), Mamadassa Sylla (-67 kg), Ibrahim Ghanem (-72 kg), Johnny Bur (-77 kg). En lutte féminine : Julie Sabatié (-50 kg), Tatiana Salah (-53 kg), Ameline Douarre (-62 kg), Koumba Larroque (-65 kg), Pauline Lecarpentier (-68 kg), Kendra Dacher (-72 kg). En lutte libre : Valentin Damour (-57 kg), Khamzat Arsamerzouev (-61 kg), Arman Eloyan (-65 kg), Saifedine Alekma (-79 kg), Rakhim Magamadov (-86 kg).

« Ce sera notre premier véritable test après un bloc de travail de six mois, souligne Yvon Riemer, le manager général. Nous verrons s'il y a encore des changements à faire. À Belgrade, nous espérons une médaille dans chacun des styles. »

« Une très belle évolution des collectifs jeunes »

À la suite des décevants résultats aux Jeux Olympiques de Tokyo (deux qualifiées seulement, Koumba Larroque et Mathilde Rivière, éliminées dès leur premier combat), Riemer a été nommé.

« Je ne suis arrivé que l'an dernier, mais il y a aujourd'hui un potentiel intéressant, estime-t-il. Il y a une nouvelle méthodologie. Il y a un travail physique différent, spécifique à notre discipline, sur la force pure. Des stages à l'étranger sur des regroupements avec beaucoup de nations. Une individualisation du travail des athlètes. L'arrivée d'un préparateur physique et d'un nutritionniste. Une confiance entre l'athlète et la fédération. Il y a déjà une très belle évolution des collectifs jeunes, avec de beaux résultats. »

lire aussi

L'Insep devient un centre mondial d'entraînement

Mathilde Rivière, qui souffre toujours du dos, sera absente à Belgrade, tandis que Koumba Larroque, victime d'une grosse entorse à une cheville en juin, n'évoluera pas dans sa catégorie habituelle, -68 kg, mais à -65 kg (catégorie non olympique).

« Koumba, qui avait été opérée l'an dernier, n'a pas disputé les dernières grandes compétitions, explique Riemer. Sa remplaçante, Pauline Lecarpentier, a été vice-championne d'Europe et a remporté les Jeux Méditerranéens. Alors, samedi dernier à l'Insep, un match de sélection les a opposées et Pauline est sortie vainqueure. Comme il n'y avait personne à -65 kg et que Koumba peut y descendre, elle disputera les Mondiaux à ce poids. Mais, en 2023, en vue de la qualification olympique à -68 kg, les compteurs seront remis à zéro et toutes deux seront en concurrence sur les tournois. Le collectif évolue et c'est bénéfique pour tout le monde. »