Quinze personnes toujours en garde à vue après les incidents du Stade de France

Des incidents ont eu lieu au Stade de France en marge de la finale de la Ligue des champions. (A. Réau/L'Équipe)

Deux jours après les incidents survenus samedi au Stade de France en marge de la finale de la Ligue des champions, quinze personnes étaient toujours en garde à vue ce lundi.

Sur les 48 gardes à vue liées aux événements qui se sont produits aux abords du Stade de France lors de la finale de la Ligue des champions, quinze étaient toujours en cours ce lundi, a indiqué le parquet de Bobigny. Ces « 15 gardes à vue de majeurs ont fait l'objet de prolongations, pour des décisions d'action publique à intervenir dans la journée », a indiqué la juridiction de Seine-Saint-Denis.

lire aussi

Comment l'organisation au Stade de France a tourné au fiasco

Elle a également précisé qu'il y a eu « un nombre important de plaintes contre X pour des vols, des vols à l'arraché voire avec violences », mais « aucune garde à vue n'est intervenue pour des faits liés à des intrusions ou des faux billets d'entrée au match ».

Ce lundi, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a pourtant pointé du doigt une « fraude massive, industrielle et organisée de faux billets », après une réunion interministérielle. Selon les autorités, la présence de ces faux billets aurait entraîné un afflux trop important de personnes contribuant à gonfler les files d'attente.

Le préfet de police de Paris, Didier Lallement, a d'ailleurs annoncé qu'il saisissait la justice à ce propos. Une enquête, confiée à la sous-direction des affaires économiques et financières de la préfecture de police de Paris, a ensuite été ouverte, lundi, en fin de journée.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles