Le récital turc de Lewis Hamilton restera sa performance de l'année

Basile Davoine
·2 min de lecture

Il est devenu l'égal de restera à tout jamais hors normes et marquée de nombreux succès importants, mais à l'heure de prendre un peu de recul, le septuple Champion du monde tente de se montrer lucide. Désormais à la tête de 95 victoires en Formule 1, il n'hésite pas un instant lorsque vient la question : lequel de ses exploits place-t-il au-dessus des autres au terme de cette saison ?

"La Turquie est naturellement le plus proche dans mon esprit, car c'était il n'y a pas très longtemps", confie Hamilton, qui avait été titré sur le tracé de l'Istanbul Park à l'issue d'une course déjà entrée dans l'Histoire. "Je pense que c'était [la meilleure] pour moi, dans les circonstances auxquelles nous avons fait face, nous les pilotes, et après avoir subi tant de pression. Le titre a pu être remporté à ce moment-là. Pour moi, je dirais que c'était ma performance la plus marquante."

En Turquie, l'asphalte entièrement neuf et sans aucune adhérence avait provoqué des conditions précaires, aggravées par la pluie en qualifications comme en course. Seulement sixième sur la grille de départ, Hamilton avait éclaboussé le Grand Prix par sa classe en s'imposant avec une trentaine de secondes d'avance pendant que son coéquipier vivait un cauchemar ponctué de six tête-à-queue.

Lire aussi :

Hamilton élu Personnalité sportive de l'année en Grande-Bretagne Hamilton promet d'être plus vigilant sur les pénalités

Par son format inédit, consécutif à la pandémie de COVID-19, le championnat 2020 aura été unique en son genre, avec également une bonne dose d'incertitudes quant au bon déroulement des courses. En dépit de ce contexte, Hamilton assure avoir abordé sa saison comme les précédentes, sans rien changer à son approche.

"Je prends toujours les choses une course à la fois, ça ne change pas du tout mon approche", assure-t-il. "La saison a juste débuté beaucoup plus tard, ce qui fait que la préparation habituelle s'est faite avant une longue période sans Grand Prix. J'ai essayé de trouver la meilleure manière de m'entraîner pour le moment où l'opportunité de lancer la saison se présenterait. C'était bizarre de commencer en milieu d'année et d'être tout le temps en Europe avec des enchaînements de trois Grands Prix en trois week-ends. Mais je crois que nous avons démontré beaucoup de force collective cette année."