Réduit à dix, Manchester City arrache la victoire contre Fulham grâce à Haaland et devient leader provisoire

Haaland a offert la victoire à Manchester City. (P. Noble/Reuters)

Réduit à dix en première période, Manchester City s'est imposé in extremis contre Fulham grâce à un penalty d'Erling Haaland (2-1). Avec ce succès, les Citizens prennent provisoirement la tête de la Premier League.


Le match : 2-1

On jouait la 46e minute de la rencontre quand une clameur s'est élevée de l'Etihad Stadium. Manchester City était alors accroché par Fulham (1-1), était réduit à dix, et Erling Haaland venait de commencer son échauffement en bord de pelouse. Pour les supporters mancuniens, aucun doute, la délivrance ne pouvait venir que de leur nouvelle machine à marquer. Pourtant, même sans le Norvégien, remplaçant donc au coup d'envoi, Manchester City avait commencé de manière idéale ce match.


lire aussi

Le film du match

Avec huit changements par rapport au onze aligné face au Séville FC (3-1) en Ligue des champions, les Mancuniens avaient mis d'entrée mis leurs hôtes sous pression. Bernardo Silva avait poussé Leno à intervenir (3e), puis ce fut au tour de De Bruyne (9e). Mais c'était Alvarez, lancé par Gündogan, qui ouvrait le score d'une frappe puissante qui avait heurté le dessous de la barre (16e). Quelques minutes plus tard, Stones pensait même doubler la mise, mais le but était refusé pour un hors-jeu de Rodri (24e).

On pensait le 2-0 inévitable, on se trompait : la partie a basculé dans la foulée sur un penalty accordé aux Cottagers (voir ci-dessous) et transformé par Pereira (28e). La suite ? Leno a dû une nouvelle fois intervenir sur une tête d'Akanji (45e+1) et puis plus rien, jusqu'à l'entrée d'Haaland (64e), sous les vivas des supporters mancuniens.

Manchester City a poussé, et si Fulham se montrait dangereux sur ses sorties de balle, l'équipe londonienne continuait de se méfier, forcément. Et le promu a fini par craquer dans le temps additionnel, quand Robinson a fauché De Bruyne dans la surface. Privé d'un but par le VAR (74e), Haaland n'a pas tiré le meilleur penalty de sa carrière, mais il a trompé Leno (2-1, 90e+5) et tout le stade pouvait exulter. Grâce à ce but, City a récupéré la tête de la Premier League, un point devant Arsenal, qui sera opposé ce dimanche (13 heures) à Chelsea dans un derby ô combien important.


lire aussi

Le classement de Premier League


Le joueur : Haaland, le cyborg humain

En infériorité numérique, Manchester City peinait à s'approcher du but de Fulham et tout a changé avec l'entrée de Haaland. Par sa puissance, sa vélocité, son sens du placement et du but, bien sûr, le Norvégien a totalement changé la face de la rencontre. Entré à la 64e minute de jeu, l'histoire a d'ailleurs semblé belle pour lui une première fois, dix minutes plus tard, quand l'ancien attaquant de Dortmund a parfaitement repris un délice de centre de De Bruyne pour tromper Leno de la tête (74e). Mais Haaland était hors-jeu pour une poignée de centimètres.

Le cyborg est alors reparti à l'assaut, il a tenté à plusieurs reprises avant de se voir offrir la possibilité d'offrir la victoire sur un penalty accordé sur le gong. Mission accomplie, non sans mal, Leno touchant son tir. Après la rencontre, Haaland était encore sous le coup de l'émotion : « C'est fantastique. C'est l'un des moments les plus nerveux de ma vie, c'était un penalty de dernière minute, il n'était pas très bien tiré mais c'était un sentiment super. » À l'Etihad Stadium, c'est sûr, tout le monde trouve Haaland génial.


Le fait : Cancelo, la double peine

City menait 1-0 et Fulham était en grande souffrance, quand Harry Wilson, à la 25e minute de jeu, a filé au but avant d'être déstabilisé dans la surface par un coup d'épaule puissant de Cancelo. L'arbitre n'a pas hésité : penalty pour les Cottagers, carton rouge pour le défenseur mancunien. Guardiola pouvait pester sur son banc, avant de réconforter le Portugais, Andreas Pereira n'en a eu cure : en prenant à contre-pied Ederson, le Brésilien a remis les deux équipes à égalité et fait naître un suspense impossible à prévoir quelques instants plus tôt.


lire aussi

Toute l'actualité du football