Réduit à neuf à Troyes, Lille se saborde en concédant trois penalties

Florian Tardieu a inscrit deux des trois penalties de l'Estac dimanche au Stade de l'Aube. (François Nascimbeni/AFP)

Trois penalties concédés, deux expulsions (Renato Sanches, Yilmaz) : le LOSC s'est lourdement incliné dans une ambiance délétère dimanche à Troyes, qui se rapproche du maintien (3-0).

Le match : 3-0

En concédant trois penalties, dont le premier, sévère, a sans doute tout changé dimanche au Stade de l'Aube, le LOSC, qui a terminé à neuf contre des Troyens super réalistes, a ruiné ses chances d'accrocher l'Europe sur le fil. Se qualifier pour la Ligue Europa Conférence relève désormais du miracle pour le 10e de L1 qui devrait pour ce faire terminer 5e (6e si Nice finit dans les 5 premiers et gagne la Coupe de France). L'Estac grimpe à la 15e place et augmente ses chances de ne pas faire l'ascenseur en Ligue 2 comme trois fois déjà ces dix dernières années.

lire aussi

Le film du match

Lille a eu la possession en première période mais sans percer le prudent 5-4-1 des Troyens. La défense auboise a enrayé avec un peu de réussite la première incursion nordiste dans sa surface (David, 22e) et Moulin a cueilli sans problème la première frappe cadrée du match (Weah, 29e). L'Estac a procédé en contres, parfois dangereux (Tardieu, 32e) puis décisif quand Dingomé, vaguement accroché par Zhegrova, a obtenu un penalty, contesté par le banc lillois mais confirmé par le VAR et transformé par Tardieu (42e, 1-0). Zhegrova a failli se rattraper dans la foulée sur un centre que Fonte n'a pas su convertir en égalisation (45e+1).

lire aussi

Le classement de Ligue 1

La mauvaise affaire lilloise a tourné au cauchemar en cinq minutes. Renato Sanches a d'abord pris un jaune puis un deuxième pour s'être moqué de l'arbitre (50e). Botman, dépassé par un centre de Chavalerin, a ensuite bousculé Ugbo qui allait le reprendre et provoqué le deuxième penalty du match, transformé cette fois par l'attaquant canadien (55e, 2-0).

lire aussi

La 35e journée de Ligue 1

Lille a bu le calice lorsqu'un tacle dangereux de Yilmaz a fait jaillir un nouveau rouge de la poche de l'arbitre (68e). Breakés à 9 contre 11, les Lillois ont compté les minutes qui les séparaient de la fin du match, aux airs de fin de saison en queue de poisson. Non sans encaisser un troisième but, toujours sur penalty, après une charge d'André sur Larouci (Tardieu, 86e, 3-0).

Le tournant : le premier penalty

Faut-il voir dans le penalty généreux accordé aux Troyens un effet inconscient sur M. Delajod des propos très offensifs tenus cette semaine par le staff troyen ? En pointant des penalties non sifflés en faveur de l'Estac, contre Clermont il y a dix jours (0-1) et surtout à Nice dimanche dernier (1-0), le directeur sportif du club, François Vitali, avait dénoncé en substance un arbitrage défavorable aux « petits » clubs. Dimanche, sur la faute, Dingomé lui-même n'était pas convaincu : « (Zhegrova) me déséquilibre clairement mais je ne sais pas si ça méritait un penalty. On ne va pas se plaindre ».

Le joueur : Renato Sanches

À 0-1 et 50 minutes de jeu, rien n'était perdu pour le LOSC, mais la nervosité de son milieu portugais a plombé son équipe. Déjà averti verbalement en première période, l'international de 24 ans n'a pas su contrôler ses émotions. Il pourrait avoir joué son dernier match sous les couleurs lilloises. Son attitude devrait lui valoir plusieurs matches de suspension, alors que son départ est dans les tuyaux. La presse italienne évoquait dimanche un accord avec l'AC Milan pour un transfert de 20 M€.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles