Le référendum de la FFR concernant Patrick Buisson programmé entre le 23 et le 26 janvier

Monsieur Rugby amateur de la FFR, Patrick Buisson sera-t-il adoubé par les clubs pour prendre la suite de Bernard Laporte? (F. Lancelot/L'Équipe)

Après avis du comité d'éthique, la direction intérimaire de la FFR a indiqué que la consultation pour décider si Patrick Buisson, le candidat de Bernard Laporte, devient président-délégué aura lieu du 23 au 26 janvier.

Consulté par la Fédération française, le comité d'éthique de la FFR s'est réuni vendredi et a livré plusieurs préconisations afin de veiller au bon déroulement de la consultation qui devra décider si Patrick Buisson, candidat proposé par Bernard Laporte, obtient la majorité nécessaire pour devenir président-délégué.

lire aussi : Buisson, un champion et des questions


Condamné le 13 décembre dernier par le tribunal correctionnel de Paris pour, entre autres, corruption et trafic d'influence, pour des faits commis dans l'exercice de ses fonctions, M. Laporte, qui a fait appel, avait consenti, après les demandes expresses du ministère des Sports, du comité d'éthique et de l'opposition, au « débranchement » de ses pouvoirs.

Quid en cas de résultat négatif?Ouverte à tous les clubs, la consultation se tiendra entre le lundi 23 janvier midi et le jeudi 26 janvier midi, par voie électronique. Aucun quorum ne sera fixé. Acceptant d'être le garant de la sincérité et de la légalité de ce vote, le comité d'éthique a également demandé de recourir à un huissier de justice pour contrôler l'implémentation de la liste des présidents d'associations appelés à voter, le scellement de l'urne électronique et l'intégrité du dépouillement.

La FFR doit désormais soumettre au comité d'éthique, pour approbation, le dispositif technique qui sera déployé dans le cadre de cette consultation pour répondre aux modalités définies et garantir une totale neutralité. A moins de dix jours du début du vote, rien n'a été clairement défini en cas de résultat négatif pour la gouvernance Laporte, même si chacun, dans la majorité ou dans l'opposition, a l'air d'avoir intégré qu'il ne sera pas envisageable de présenter un nouveau candidat à une nouvelle consultation de ce type.

lire aussi : Toute l'actu de l'affaire Laporte