Rémi Bonnet et Nienke Brinkman : meilleurs traileurs de la saison GTWS

Nienke Brinkman (Jordi Saragossa/GTWS)

Ce n'était plus un secret depuis leur victoire sur la 4e étape de cette finale en 5 rounds de la GTWS à Madère : le Suisse Rémi Bonnet et la Néerlandaise Nienke Brinkman sont les meilleurs traileurs de la GTWS 2022, le circuit de trail running le plus relevé au monde.


Nienke Brinkman, le sacre d'une athlète inattendue

Elle est apparue aux yeux de la planète trail running à Sierre-Zinal en 2021, où elle talonnait la Suisse Maude Mathys pour prendre la 2e place de son premier trail de niveau international. Depuis, la Néerlandaise s'est imposée comme la meilleure athlète du monde sur les sentiers, à l'image de sa saison 2022 où elle a gagné toutes les courses de la GTWS auxquelles elle a participé : Zegama-Aizkorri au printemps, puis les deux étapes américaines en septembre. C'est en grande favorite que Brinkman arrivait à Madère, ce mercredi, pour les cinq étapes de la finale de la GTWS. Et la Néerlandaise n'a pas déçu : seule la première étape lui a échappé au profit de l'Américaine Allie McLaughlin. Les autres, elles les prenaient sans douter pour aller s'imposer largement au classement général de la GTWS 2022.

« Cela compte tellement pour moi ! La saison n'aurait pas pu mieux se dérouler, je suis tellement heureuse, je n'y crois même pas encore », a déclaré la championne.

Transfuge du hockey sur gazon, Nienke Brinkman s'est mise à la course à pied sur le tard, en 2018, quand, en déménageant en Suisse, elle ne pouvait plus pratiquer son sport collectif favori. Après la crise sanitaire, elle s'alignait sur ses premières courses avec un succès retentissant : en plus de ses victoires en trail, la jeune femme a pris la médaille de bronze du Championnat d'Europe de marathon à Munich en 2022 et a un record personnel sur la distance en 2h22'51 (Rotterdam, 2021).

Derrière, elle au classement général, l'Américaine Sophia Laukli surclasse l'Espagnole Sara Alonso, vainqueure du Marathon du Mont-Blanc 2022. La première Française, Elise Poncet, prend la 4e place à 328 points de la leader.


Rémi Bonnet, finalement couronné

Depuis sa victoire à Zegama-Aizkorri en 2018, Rémi Bonnet est systématiquement listé parmi les favoris des courses de la GTWS sur lesquelles il s'élance. Il faut dire que ses capacités hors du commun à aller vite en montée le placent souvent aux avant-postes dans les premières parties de course. Pour autant, le Suisse a mis du temps à concrétiser : il a fallu attendre les étapes américaines de cette saison pour le voir s'imposer en fin de course.

Et cela semble avoir été un déclic pour le Suisse : à Madère, il a dominé 4 des 5 étapes de la finale, ne laissant que le contre-la-montre au Marocain Elazzaoui. Comme Brinkman, Bonnet était assuré de la victoire finale dès la fin de la 4e étape : « C'est formidable parce que ma saison n'avait pas très bien commencé. C'est la preuve qu'il ne faut jamais lâcher parce qu'on ne sait jamais comment les choses peuvent, finalement, tourner. C'est une belle source de motivation pour moi pour ne jamais abandonner à l'avenir », a déclaré le Suisse.


lire aussi

Toute l'actualité du trail

Voilà finalement les résultats que Rémi Bonnet attendait depuis près de cinq années. Lui qui domine les efforts verticaux en ski-alpinisme depuis 2020 (champion du monde 2021 de vertical race) se voit enfin victorieux en trail running.

Derrière lui, le Français Thibault Baronian a longtemps tenu tête au reste du peloton. Il doit néanmoins concéder l'argent du classement général à Elhousine Elazzaoui pour seulement 6 petits points (720 pour le Marocain, 714 pour le Français) à l'issue de la 5e étape. Avec cette 3e place, voilà un podium supplémentaire pour le Français qui s'est imposé au fil des saisons comme le meilleur traileur tricolore de sa génération sur les courtes et moyennes distances.