La rémunération d'Alexandre Bompard fait encore tiquer les actionnaires de Carrefour

Le PDG du groupe Carrefour Alexandre Bompard devant l'assemblée générale annuelle de la société à Aubervilliers, au nord de Paris, le 26 mai 2023
Le PDG du groupe Carrefour Alexandre Bompard devant l'assemblée générale annuelle de la société à Aubervilliers, au nord de Paris, le 26 mai 2023

Environ 40% de "non": les actionnaires de Carrefour ont avalisé la rémunération du PDG du groupe Alexandre Bompard pour 2022 et 2023, mais, comme l'an dernier, avec un score inhabituellement bas, lors de l'assemblée générale du groupe vendredi.

Au total, 60,69% des actionnaires ont approuvé la rémunération d'Alexandre Bompard en 2022, évaluée à plus de 9 millions d'euros par la CGT - un chiffre contesté par le groupe - et 56,75% pour la rémunération 2023.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Il s'agit d'une contestation assez massive, et rare au sein des grands groupes, même si la rémunération a bien été entérinée.

Carrefour fait valoir que la rémunération de son PDG comporte des éléments de rémunération dite "de long terme", conditionnée à la réalisation de certains objectifs.

En outre le renouvellement anticipé de mandat du PDG jusqu'en 2026, annoncé fin mars pour "l'aligner" sur le plan stratégique du distributeur, présenté en novembre dernier, a été entériné mais près de 20% des actionnaires ont voté contre.

- Rémunération "inacceptable" pour la CGT -

Auparavant, les syndicats du groupe, notamment la CFDT et la CGT, avaient critiqué la rémunération de M. Bompard en la mettant en regard avec le bilan social du dirigeant, arrivé aux manettes de Carrefour en 2017.

La rémunération d'Alexandre Bompard se décompose, selon Carrefour, en une partie fixe (1,5 million d'euros), une partie variable (jusqu'à deux fois la part fixe) et une rémunération de long terme (jusqu'à "60% de la rémunération globale maximum").

Une rémunération "inacceptable, voire indécente", a fustigé la CGT, qui avait organisé un rassemblement devant les portes de l'assemblée générale, organisée en petite couronne parisienne, pour "dénoncer les méthodes carnassières" du groupe "vis-à-vis des travailleurs".

"C'est difficile d'expliquer cette rémunération aux salariés au regard surtout de la politique sociale de l'entreprise, la réduction des effectifs ou le passage de magasins en location-gérance", estime auprès de l'AFP Sylvain Macé, délégué CFDT au sein du groupe.

Les syndicats du groupe dénoncent dans ce passage de magasins en location-gérance, une forme de système de franchise dans laquelle Carrefour reste propriétaire du fonds de commerce, une casse sociale à bas bruit. La CFDT estime que les effectifs de Carrefour ont fondu de 30.000 personnes depuis 2018, passant de 115.000 à 85.000.

Face à ses actionnaires, Alexandre Bompard a répondu en assurant qu'au moment de son arrivée à la tête du groupe, "tous les experts du secteur" disaient que le format hypermarché "était mort". Depuis, Carrefour "n'a fermé aucun hypermarché alors que d'autres acteurs l'ont fait", a-t-il plaidé, disant que "chacun des hypermarchés passés en location-gérance a progressé depuis".

Alexandre Bompard prévoit de s'appuyer de plus en plus sur un modèle d'exploitation des magasins en franchise.

- Emissions indirectes -

Carrefour a en outre été sommé par de petits actionnaires, revendiquant peser au total 1,1% du capital, de clarifier le calcul de ses émissions de gaz à effet de serre.

Le conseil d'administration de Carrefour, critiqué ces derniers mois par des associations spécialisées sur la sincérité de ses engagements en la matière, a soumis au vote de ses actionnaires une communication plus précise des leviers utilisés pour réduire ses émissions indirectes de gaz à effet de serre, qui a été très largement entérinée, à 93%.

A la tribune, la directrice exécutive engagement, Carine Kraus, a détaillé les quatre leviers d'action du groupe pour réduire de 29% d'ici 2030 ses émissions indirectes (qui constituent la quasi totalité des émissions totales). Le groupe entend notamment s'appuyer sur l'effort de ses fournisseurs et développer l'alimentation végétale.

Enfin la direction a été interpellée par un actionnaire sur l'arrivée récente du distributeur en Israël via un partenariat avec le groupe israélien Electra Consumer Products et sa filiale Yenot Bitan, susceptible à ses yeux de rendre l'entreprise "complice" d'une "politique de colonisation illégale des territoires palestiniens".

Laurent Vallée, secrétaire général du groupe, a répondu qu'"aucun magasin Carrefour ne sera présent dans les territoires évoqués", et qu'"il n'y a pas de complicité, nous veillons sur ce point à prévenir tout risque" en la matière.

cda/jbo/de