Rétro SRFC-PSG - Julien Stéphan, le discours qui a tout changé

Goal.com

Si la finale de la Coupe de France entre le Paris Saint-Germain et l'AS Saint-Etienne a été reportée, la précédente restera dans les mémoires. À Saint-Denis, le Stade Rennais, pourtant mené 2 buts à 0, était parvenu à revenir à hauteur des Franciliens (2-2), avant de s'imposer au terme d'une séance de tirs au but. 

Une humiliation pour le PSG, un acte fondateur pour l'équipe entraînée par Julien Stéphan. Un an plus tard, le Stade Rennais a publié une longue vidéo revenant sur cette soirée historique pour le club, dans laquelle on assiste notamment au discours prononcé par son technicien à la mi-temps, alors que le score était alors de 2 buts à 1 en faveur des Parisiens. Un discours galvanisant et mobilisateur, qui en dit long sur l'état d'esprit qui animait les Bretons. 

"La terre elle va trembler, et dans leur tête ça va être un bing bang​"

"Vous avez fait le plus dur. Vous ne voyez pas que dans leurs yeux c'est en train de changer ? Que c'est en train de tourner ? (...) Vous ne voyez pas qu'ils commencent à avoir peur, que vous les faites douter ? Et nous, la seule chose qu'on trouve à faire, c'est de s'énerver. Non, restez calmes. Avec le temps ils vont se fatiguer. Il y a des joueurs qui sont en manque de rythme, en manque de confiance, ils ont une pression pas possible. 45 minutes c'est très long les gars, très très long. Le plus dur, c'était de revenir à 2-1. Et vous l'avez fait", dit d'abord Julien Stéphan, plein de détermination, devant un vestiaire silencieux et totalement à l'écoute. 

Pour battre le PSG en finale, Rennes s'était inspiré de Manchester

"On va les avoir, des opportunités on en aura. Continuez à les faire douter (...) Il peut se passer quelque chose de magnifique, d'extraordinaire. Si par bonheur on revient à 2-2, c'est la terre qui va leur tomber sur la tête, c'est le ciel qui va leur tomber sur la tête. La terre, elle va trembler, et dans leur tête ça va être un Big Bang (...) Et on va marquer un deuxième but. On est sûr de ça ! On s'en fou de qui va être décisif. On se met au service de l'équipe, du collectif. Tous, tous, tous. Et on va aller la chercher", poursuit ensuite l'entraîneur des Rouge et Noir, comme animé par une rage de vaincre et, déjà, l'intuition que son équipe allait renverser cette finale.  

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi