Raccourci, obstruction et « sonnette d'alarme » au procès de Benjamin Mendy

Benjamin Mendy devant le tribunal de Chester. (B. Cremel/L'Équipe)

Après quatre jours de pause forcée pour diverses raisons, le procès de Benjamin Mendy à la Crown Court de Chester a repris mardi.

L'audience, entrecoupée par plusieurs pauses, n'a duré qu'environ trois heures, du milieu de matinée au milieu d'après-midi. Comme attendu, les débats ont de nouveau concerné la quatrième plaignante, qui accuse Benjamin Mendy de viol le 23 juillet 2021 et dont le dossier est étudié depuis mercredi dernier.

lire aussi

Tout savoir sur le procès de Benjamin Mendy

De nouveaux témoignages ont été délivrés. Parmi eux, celui d'une proche de la victime présumée, une jeune femme qui accuse aussi Louis Saha Matturie, le coaccusé, de l'avoir agressé sexuellement ce soir-là.

Concernant le cas relatif à Mendy, la témoin a notamment dit avoir voulu aller à la rencontre de son amie au moment des faits reprochés, quand deux hommes lui auraient barré la route dans l'escalier. « Ils m'ont dit : "Oh, que fais-tu ?". [...] J'ai insisté pour la voir, mais ils n'ont pas voulu me laisser passer, a-t-elle raconté. Je suis donc retournée dans la cuisine. » Là où, quelques instants après, sa copine, « un peu ailleurs », lui aurait avoué avoir simplement eu un rapport sexuel, avant de lui donner plus de détails, plus tard, dans le taxi du retour.

« C'est là que la sonnette d'alarme a commencé à retentir. [...] À partir de sa description, j'ai immédiatement dit : "C'est un viol." » Un récit jugé « exagéré » par Eleanor Laws, l'avocate de Mendy, dans le contre-interrogatoire qui a suivi. Le procès doit se poursuivre dès ce matin, avec probablement le début de l'audition de la cinquième plaignante, qui accuse le Français de viol la nuit du 24 juillet 2021, soit dans la continuité de la soirée précédemment évoquée.