Rachat de Nice, Estrosi tape du poing sur la table

RMC Sport

Maire de Nice, Christian Estrosi est revenu sur le rachat attendu depuis plusieurs semaines de l'OGC Nice dans un entretien à RMC Sport. Il a également critiqué l'interdiction de déplacement à Nîmes visant les fans niçois, appelant à "mettre un terme à certains excès". 

Jim Ratcliffe, "un homme de qualité" 

Le rachat de l'OGC Nice par Jim Ratcliffe, PDG du groupe Ineos, est attendu depuis plusieurs semaines. Mais l'officialisation tarde à arriver, dans l'attente d'une décision de l'autorité de la concurrence fin août. "Je suis évidemment contrarié, indique Estrosi. Contrarié non pas par les actionnaires qui aujourd’hui se sont positionnés pour reprendre l’OGC Nice, qui ont toute ma confiance. Jim Ratcliffe est un homme de qualité, de parole, j’en suis convaincu. Mais contrarié par le temps que l’autorité de la concurrence est en train de faire perdre alors que nous sommes à quelques jours de la clôture du mercato et que tout cela risque de faire perdre du temps, bien qu’il y ait eu une dérogation pour des transactions qui permettent normalement désormais de pouvoir participer à l’acquisition de joueurs.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Nice "pénalisé"

Christian Estrosi tente d'intervenir directement pour accélérer le processus. "Je suis intervenu auprès du ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire puisque l’autorité de la concurrence est une autorité certes indépendante qui a ses règles mais qui est hébergée par le ministère de l’Économie et des Finances à Bercy, explique-t-il. Je trouve qu’il est regrettable, alors que le championnat de France doit voir l’équité absolue et les mêmes règles du jeu pour toutes les équipes, que l’OGC Nice aujourd’hui soit pénalisé par un rendez-vous de l’autorité de la concurrence qui aurait pu très certainement avoir lieu fin juillet ou début août.

Un mercato à l'arrêt

Cette situation a (...)

Lire la suite sur RMC Sport

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi

À lire aussi