Le Racing 92 déjà dos au mur en Coupe des champions

Ibrahim Diallo, Cameron Woki et les Racingmen sont dans une situation très compliquée en Coupe des champions. (A. Mounic/L'Equipe)

Crédité d'un seul point après deux journées de Coupe des champions, le Racing 92 est dans l'obligation de battre les Harlequins dimanche (16h15) pour encore croire en la qualification en huitièmes de finale.

Suspendu au-dessus du vide après deux défaites contre le Leinster (10-42, le 10 décembre) et les Harlequins (14-10, le 18), le Racing peut encore se raccrocher à une branche, assez fragile, et se rappeler que la saison dernière, le Stade Toulousain et le Stade Français s'étaient faufilés en huitièmes de finale avec un capital de 7 points (1 victoire, 1 nul, 2 défaites, 1 point de bonus).

À la moitié du chemin, le Racing possède déjà les deux défaites et le point de bonus. Autant dire pas grand-chose. Ce petit pouls qu'on perçoit encore cessera de battre si le Racing ne domine pas les « Arlequins » à l'Arena, avec le bonus offensif serait-on tenté d'ajouter. « On doit y croire jusqu'au bout, estime l'entraîneur de la défense Dimitri Szarzewski. C'est pour ça qu'on aligne la meilleure équipe possible. »

lire aussi : Les compos de Racing 92-Harlequins

« On va jouer le tout pour le tout », assure Gaël Fickou, qui revient dans le quinze de départ, tout comme Finn Russell. Attendu comme le « Skelton des Hauts-de-Seine », le deuxième-ligne samoan Veikoso Poloniati, arrivé en novembre mais victime d'une grosse déchirure à un mollet, a enfin été vu sur le terrain d'entraînement.

Troisièmes de Premiership, renforcés par les retours de l'ouvreur Marcus Smith et du pilier Joe Marler, les Harlequins restent sur trois défaites d'affilée, dont deux dans leur jardin mignonnet du Stoop. Certes, le Racing ne baigne pas dans un océan de confiance, lui qui est fui par la victoire depuis cinq matches, mais le nul à Castres (26-26, le 31 décembre) et la défaite bonifiée à Montpellier (17-12, le 8 janvier) ont laissé entrevoir un léger mieux.

En cas de victoire ce dimanche, il faudra sans doute aller chercher des points au Leinster pour se qualifier, ce qui situe bien la précarité des chances des Racingmen. « L'état d'esprit est là, indique Laurent Travers. On se battra à fond, sans calcul. »

lire aussi : Calendrier et résultats de la poule A