Rafael Nadal : « J'ai joué un joueur qui était meilleur que moi et c'est pour cela que je rentre à la maison »

Rafael Nadal : « J'ai joué un joueur qui était meilleur que moi et c'est pour cela que je rentre à la maison »

Battu à la régulière par Frances Tiafoe en quatre sets (6-4, 4-6, 6-4, 6-3) en huitièmes de finale de l'US Open, Rafael Nadal ne cherchait aucune excuse à sa défaite, reconnaissant qu'il n'avait pas livré un bon match contrairement à son adversaire.

« Qu'est-ce qui a fait la différence aujourd'hui ?

La différence est simple : J'ai joué un mauvais match et il a joué un bon match. Au final, c'est tout. Je n'ai pas été capable de maintenir un haut niveau de tennis sur la durée. Je n'étais pas assez rapide sur mes mouvements, il a été capable de prendre la balle très tôt à de trop nombreuses reprises et je n'ai pas été capable de le faire reculer. Le tennis est un sport de position souvent. Sinon, vous devez être très rapide et très jeune. Je ne suis plus du tout dans cette période (sourire). Mes coups doivent être meilleurs. D'une certaine façon, ma compréhension du jeu et la qualité de mes coups n'ont pas été assez bonnes, ont été pauvres. Je n'ai pas été capable de créer de dégâts sur son jeu. Bravo à lui. Il a été meilleur que moi.

lire aussi

Nadal éliminé par Tiafoe en quatre sets

Pensez-vous que vos blessures, avant et après Wimbledon, votre préparation pas optimale, peuvent avoir un lien avec la façon dont vous bougiez sur le court aujourd'hui ?
On peut se lamenter, se plaindre sur beaucoup de choses, mais ça ne change rien à la situation. On peut penser, si je n'avais pas été blessé, peut-être que je gagne Wimbledon, peut-être que je gagne autre chose par le passé. Ou peut-être que je perds autre chose parce que je n'étais pas capable de créer cette force intérieure après toutes ces blessures. Cela fait partie de ma carrière. Parfois, ça arrive de façon propre, d'autres fois, de façon complètement inattendue, comme en Australie ou à Roland-Garros cette année. Bien sûr, ce n'était pas la préparation idéale pour l'US Open pour moi.

lire aussi

Le film du match

Mais dans certains cas, on trouve le bon chemin malgré une préparation qui n'est pas parfaite. On ne peut pas trouver d'excuses. Je dois être suffisamment critique avec moi-même. C'est la seule façon de progresser et de trouver des solutions. J'ai bien travaillé à l'entraînement la semaine précédente, mais quand la compétition a démarré, mon niveau a chuté. C'est la vérité. Pour différentes raisons, je ne sais pas, l'approche mentale, vu tout ce qui s'est passé ces derniers mois. Peut-être. Mais à l'arrivée, je suis arrivé au 4e tour de l'US open et j'ai joué un joueur qui était meilleur que moi. Et c'est pour cela que je rentre à la maison.

« J'ai des choses bien plus importantes que le tennis qui vont arriver dans ma vie personnelle, avec la naissance de mon premier fils »

Que pensez-vous du développement de Frances Tiafoe ?
Tout le crédit lui revient, sans aucun doute. Il a fait beaucoup de choses bien. Mais à la fin, si c'est important de reconnaître tout ce que l'adversaire a fait de bien, je dois aussi m'analyser plus que mon adversaire. C'est certain que Tiafoe a joué plus solide qu'avant. Il a bien servi, a pris la balle tôt, s'est appuyé sur un bon revers. Et il va vite, tout le monde le sait. Mais je ne crois pas l'avoir poussé assez pour amener du doute chez lui. Le tennis est toujours une balance. Quand quelqu'un ne joue pas si bien que cela, c'est plus facile pour l'adversaire de jouer mieux.

Si ma balle n'est pas de haute qualité, il est capable de réciter son jeu beaucoup plus facilement. Il a été meilleur que moi aujourd'hui. Il a joué avec la bonne détermination. Mais si tu veux aller en quarts de finale de l'US Open, je dois faire les choses mieux, c'est clair. Je dois y retourner, fixer certaines choses. Je ne sais pas quand je reviendrai. Je vais essayer d'être prêt mentalement. Quand je sentirai que je suis prêt à être dans la compétition à nouveau, je serai là.

Que vous inspire la possibilité que d'autres que Federer, Djokovic et Nadal puissent désormais occuper la place de n°1 mondial ?
Ça veut dire que les années passent, simplement. C'est le cycle naturel de la vie. Certains passent, d'autres arrivent. On a passé de nombreuses années au sommet, d'autres arrivent et c'est normal. C'est totalement naturel.

lire aussi

Classement ATP

Pouvez-vous nous dire quel va être votre calendrier de fin de saison ?
Je viens de perdre un huitième de finale sur le dernier Grand Chelem de l'année. Comme vous pouvez l'imaginer, c'est difficile de faire une analyse précise de ce que va être mon futur immédiat. Je vais rentrer à la maison, dans un premier temps. J'ai des choses bien plus importantes que le tennis qui vont arriver dans ma vie personnelle, avec la naissance de mon premier fils (attendu fin octobre, début novembre). C'est le moment de faire un reset. Puis, revenir sur la vie professionnelle, retourner à l'entraînement, faire une mini présaison pour terminer peut-être l'année en Europe avec de bonnes sensations. »