Rafael Nadal rejoint Félix Auger-Aliassime en huitièmes de finale de Roland-Garros

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Rafael Nadal s'est facilement qualifié pour les huitièmes de finale ce vendredi. (F. Seguin/L'Équipe)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Rafael Nadal n'a connu aucune difficulté pour écarter Botic Van de Zandschulp (6-3, 6-2, 6-4) en 2 h 11 ce vendredi à Roland-Garros. Il affrontera Félix Auger-Aliassime en huitièmes de finale.

La routine pour Rafael Nadal. L'Espagnol n'a pas traîné pour se défaire de Botic van de Zandschulp au troisième tour de Roland Garros en 2 h 11 sur un court Suzanne-Lenglen tout acquis à la cause du Majorquin (6-3, 6-2, 6-4).

Contre un adversaire qui a vite compris qu'il allait passer un sale moment sur l'ocre de la Porte d'Auteuil, le numéro 5 mondial a rassuré sur son niveau de jeu. À deux reprises (en début et en fin de match), par faute de rythme, il a eu quelques difficultés, notamment dans les déplacements. Mais ça n'a jamais duré bien longtemps. Après quelques fautes, il a repris le dessus en bombardant le Néerlandais de coups droit. En huitièmes de finale, le vainqueur du dernier Open d'Australie retrouvera le Canadien Félix Auger-Aliassime, entraîné par son oncle et ancien entraîneur Toni Nadal, pour un premier vrai test en huitièmes de finale.

Une petite baisse de régime dans le troisième set

Dans le premier set, il y aura eu match l'espace de quelques jeux. Après quelques cachous distillés par le Van de Zandschulp, Nadal a commencé à accélérer. Le signe annonciateur ? Son coup droit. Jusqu'à la fin du set, l'Espagnol a fait voyager le 29e mondial d'un bout à l'autre du Lenglen. Saoulé de gifles liftées, le Néerlandais, qui a vite baissé la tête, a multiplié les fautes directes (31 au total contre 13 pour Nadal) pendant que Nadal bouclait son festival en 36 minutes.

lire aussi

Rafael Nadal et les secrets du coup droit qui fait trembler la terre de Roland-Garros

Pour le spectaculaire, le Lenglen a repris la main quelques instants en accueillant Zinédine Zidane, l'ancien numéro 10 de l'équipe de France, comme il se doit. « Signe à Paris », « Hala Madrid », le public s'est amusé quelques secondes avant de redonner la main à Nadal. Avec le même leitmotiv et des coups droit monstrueux dans tous les sens.

Hormis une petite baisse de régime alors qu'il menait 4-0 dans le troisième set (finalement remporté 6-4), Nadal a encore un peu plus rassuré sur son niveau de jeu avant son premier gros match dimanche contre Félix Auger-Aliassime (9e). Le début des choses sérieuses.

lire aussi

Le film du match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles