Pour Rainey, la victoire mettra Quartararo sous pression

Sebastian Fränzschky

a parfaitement réussi sa première saison parmi l'élite, mais c'est un défi non moins compliqué qui l'attend cette année, celui de réussir à confirmer. Alors qu'il est passé tout près de la victoire à plusieurs reprises, beaucoup prédisent qu'il parviendra à franchir le cap en 2020. Seulement, aux yeux de Wayne Rainey, une telle réussite changera profondément la manière dont le jeune pilote français peut aborder la compétition.

Lire aussi :

Quartararo "pas encore prêt" à contrer Márquez sur toutes les coursesQuartararo face aux critiques : "Je pense que je mérite ma place"

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Arrivé en MotoGP en tant que deuxième pilote d'une équipe satellite, doté d'un matériel inférieur à celui de ses collègues du groupe Yamaha, Quartararo a été plutôt épargné par la pression pour sa première année. Et la surprise n'en a été que plus grande lorsqu'il n'a pas tardé à exploser sur le devant de la scène, auteur de sa première pole dès son quatrième Grand Prix. Lorsque débutera la saison 2020, il ne sera cependant plus un débutant inoffensif aux yeux des top pilotes, mais sera perçu comme l'un des hommes à battre.

"Je ne savais pas grand-chose de Fabio avant qu'il ne commence à piloter cette moto", admet Wayne Rainey à Motorsport.com, "cependant, à voir son style de pilotage, il est très agressif, mais aussi très précis. Il possède ce style nouveau, où les pilotes ont une vitesse très élevée dans les virages et se penchent sur le côté de façon très naturelle. Ils utilisent l'électronique au maximum de leurs capacités."

"Ce qui est intéressant chez Fabio, c'est qu'il n'a encore gagné aucune course. Une fois qu'on l'a fait, alors on expérimente un nouveau type de pression. À partir de ce moment-là, tout va plus vite", prévient l'ancien pilote américain. "Pour le moment, tout est très fun pour Fabio, parce qu'il monte sur le podium et il connaît une vie facile dans le paddock, mais une fois qu'on a gagné une course, quand on termine deuxième ou troisième on commence à ressentir une pression que l'on n'avait jamais connue auparavant."

"Tout ce que l'on fait dans sa préparation pour être un pilote de Grand Prix est entièrement tourné vers le fait d'être le meilleur et quand on se présente le dimanche pour gagner la course, toute notre vie tourne autour de cela. Pour le moment, il n'a pas encore gagné de course, mais quand on l'a fait, il y a toute cette pression que l'on se met soi-même pour continuer à le faire. Et puis la presse nous demande 'Pourquoi ne gagnes-tu pas ?'. Alors on s'entraîne plus fort, on commence à piloter d'une façon un peu plus agressive, ou bien on se dit qu'on aurait dû prendre cette trajectoire différente quand on en a eu l'opportunité. On est donc chaque fois plus préparé, mais quand on le fait tout cet amusement qu'il prend maintenant change. Et, surtout, une fois qu'on gagne beaucoup d'argent, on est censé gagner et on a besoin des titres."

Lire aussi :

Fabio Quartararo est votre pilote de l'année 2019 !Rainey émet des doutes sur une équipe Honda 100% Márquez

Bien qu'ayant été implacable au championnat en 2019, a de toute évidence investi beaucoup d'efforts pour retarder la première victoire de Fabio Quartararo. Une approche qui ne surprend finalement pas tellement l'Américain : "Márquez a été suffisamment intelligent pour comprendre qu'il s'agissait du moment dans lequel il serait le plus facile de battre Fabio dans sa carrière. Il sait que Fabio ne va cesser de devenir de plus en plus fort et qu'il ne sera pas aussi facile l'année prochaine."

"Il va rivaliser avec Márquez", prévient le triple Champion du monde, qui voit toutefois une faiblesse que le #93 : "Márquez pourrait désormais avoir une distraction avec son frère dans l'équipe. Cela pourrait jouer en faveur de Fabio". Quel que soit le niveau affiché par le pilote Honda en 2020, Rainey se montre en tout cas impatient d'assister à de belles bagarres entre les deux hommes. "Tant que Fabio garde la forme, il va gagner des courses, c'est sûr, mais il faut qu'il arrive à se battre sans retenue. Il va courir contre Márquez comme s'ils étaient dans un combat. Maintenant on se bat ! Je ne sais pas s'il l'a déjà fait, mais il va falloir qu'il le fasse s'il veut vraiment jouer sa carte face à Márquez."

Propos recueillis par Gerald Dirnbeck

À lire aussi