Rallye - ChF - Touquet - Plateau de rêve pour l'ouverture du Championnat de France des rallyes

L'Equipe.fr
Avec seize voitures engagées dans la classe R5, plus deux WRC, le Championnat de France 2017 démarre fort vendredi sur la Côte d'Opale et dans le Pas-de-Calais.

Avec seize voitures engagées dans la classe R5, plus deux WRC, le Championnat de France 2017 démarre fort vendredi sur la Côte d'Opale et dans le Pas-de-Calais.Pour la Fédération Française du Sport Automobile, le rallye est la discipline phare, avec environ 65% de ses licenciés concernés par les épreuves sur routes. 270 épreuves sont organisées chaque année dans l'Hexagone, avec 25 000 équipages au départ et quelques deux millions et demi de spectateurs aux abords... Et, en dehors des deux manches du WRC, le Monte-Carlo, disputé sur notre territoire, et le Tour de Corse, le Championnat de France asphalte est la vitrine de la spécialité.Une vitrine particulièrement bien garnie au moment où la saison 2017 s'apprête à démarrer ce vendredi du côté du Touquet et du Pas-de-Calais. Car si nous avions été dans les premiers, et pas les seuls, à critiquer la soudaineté et la maladresse du changement de réglementation des points l'an passé, qui défavorisait les catégories les moins fournies, force est de constater que la FFSA avait raison de vouloir mettre en avant les voitures de la classe R5. En 2018, les WRC ne marqueront d'ailleurs plus de points...Moins chères, tant à l'achat qu'à l'utilisation, et désormais aussi performantes, selon des pilotes émérites, que les WRC type 2012 vues en Championnat, elles sont du coup beaucoup plus nombreuses au départ de cette première manche sur la Côte d'Opale : seize contre deux WRC. C'est donc assurément au volant de l'une d'elles que l'on trouvera le futur champion de France.Sans Sylvain Michel mais avec beaucoup de jeunesCe dernier sera d'ailleurs inédit car le tenant du titre, Sylvain Michel, ne remet pas sa couronne en jeu. Lui et son équipe devraient s'orienter sur un programme européen (ERC et-ou TER qui accueille désormais les rallyes d'Ypres et du Valais). Du coup, le grand favori sera Yoann Bonato (DS3 R5), seul homme à avoir remporté deux rallyes au volant d'une R5, les Cévennes en 2015 et le Mont-Blanc en 2016. La fiabilité de sa voiture sera cependant la grosse interrogation pour lui qui disputera toutes les manches sauf une, les Cévennes entrant en concurrence avec le rallye de Grande-Bretagne, inscrite à son programme WRC2 disputé en parallèle.Face à lui, quelques uns partiront pour un Championnat complet, ou presque, et pourraient jouer les outsiders. A commencer par Pierre Roché, quatre fois vice-champion qui aimerait enfin remporter le titre. Au volant de l'une des Skoda Fabia du Team FJ, il sera accompagné au début par Vincent Dubert, avant que d'autres jeunes pilotes ne soient lancés tour à tour dans le grand bain par la structure de la famille Galpin. Quentin Giordano (Skoda Fabia) et Charles Martin (Peugeot 208 T16) évolueront eux au sein du Sébastien Loeb Racing. William Wagner, Fabiano Lo Fiego et Bruno Riberi, tous sur Ford Fiesta, partiront également à la chasse au titre, tandis qu'Eric Mauffrey (208 T16) essayera de retrouver sa pointe de vitesse d'antan au milieu de ces jeunes loups issus des formules de promotion.Au Touquet, on retrouvera aussi Benoît Vaillant (Fiesta), Mickaël Reydellet (Fabia), Lionel Mesnager (208), mais iront-ils au delà des premiers rallyes ? Quant au Belge Claudie Tanghe (Fiesta), il s'agira probablement de sa seule pige annuelle en Championnat de France. Idem pour Marc Amourette (DS3 R5). Enfin, le pistard Pierre Ragues (Fabia) ne devrait participer qu'à quelques épreuves en fonction de son calendrier en Championnat du monde d'endurance.Bonato, Rossel et les WRC pour la victoireSur la Côte d'Opale, la lutte pour la victoire concernera également Yohan Rossel (DS3 R5), venu préparer le WRC2 (Corse, Portugal, Sardaigne et Allemagne à son programme), et surtout les « irréductibles » du WRC, Eric Brunson et David Salanon, tous deux au volant de leurs Ford Fiesta. Une auto mise en vente par Salanon, deuxième ici l'an dernier, qui souhaiterait ensuite passer à la classe R5. Pour le Normand, cinq fois vainqueur du Touquet (2008, 2011, 2012, 2013, 2016), la saison devrait en revanche être placée sous le signe du plaisir, avec un engagement sur les épreuves qu'il affectionne en D1 (Touquet et Coeur de France) et D2 (Dieppe, Bretagne, Montagne Noire et La Rochelle).A noter que 104 équipages seront au départ de cette 57e édition (ainsi que trente véhicules historiques), avec notamment d'autres têtes connues comme Patrick Rouillard (Porsche 997 GT+), Emmanuel Guigou et Cédric Robert (Renault Clio R3T). On l'a dit, un vrai plateau de rêve !!!Calendrier 201716-18 mars - Le Touquet20-22 avril - Lyon-Charbonnières12-14 mai - Antibes9-10 juin - Limousin7-9 juillet - Rouergue31 août - 2 septembre - Mont-Blanc29-30 septembre - Cœur de France27-28 octobre - Cévennes23-26 novembre - Var

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages