Rallye - ChF - Le Touquet - Yoann Bonato en tête du rallye du Touquet

·2 min de lecture

Avec quatre meilleurs temps sur six, le champion de France sortant Yoann Bonato a pris une marge déjà significative sur Eric Camilli, au soir de la première étape du rallye du Touquet. Quentin Gilbert, un temps deuxième, est sorti de la route. « C'est plutôt très bien, on ne s'attendait pas à ça. » Au soir de la première étape du rallye du Touquet, Yoann Bonato et Benjamin Boulloud, les champions de France sortant, ont pris une belle marge sur leurs adversaires. En six épreuves spéciales et 109 km chronométrés, le duo embarqué dans la Citroën C3 Rally2 de CHL-Sport Auto possède 36''7 d'avance sur Eric Camilli et François Xavier Buresi (C3 Rally2 PH-Sport) et déjà près d'une minute sur les suivants, Brunson-Mondon (Ford Fiesta WRC) et Giordano-Parent (VW Polo GTi R5). lire aussi Avec le Rallye du Touquet, le Championnat de France est enfin de retour Dès le premier secteur chrono, Bonato prend les commandes, avec Camilli et Quentin Gilbert (Ford Fiesta Rally2) juste derrière. Camilli, qui redécouvre cette saison le Championnat de France, réplique dans l'ES2, avant de partir faire un tour dans un champ dans le chrono suivant et laisser 28''6 dans l'aventure. Gilbert K.O., Robert O.K. Puis ce fut au tour de Gilbert de partir à la faute, dès le début de la seconde boucle. Le rallye du Vosgien, alors deuxième au général à 19''4, s'arrêta là. Camilli, lui, lâche de nouveau du temps dans les spéciales 4 et 6, mais réalise un nouveau meilleur temps dans Bernieulles (ES2 et 5). « C'était pas trop mal, avoua-t-il après la journée. Je suis un peu souple en setup alors que c'est sec. Yoann connaît bien son sujet ici, ça ne va pas être simple mais on va tout donner pour le battre. » Les deux hommes devancent Eric Brunson et sa vénérable Fiesta WRC, 3e à 51''1 de Bonato, et Quentin Giordano, 4e à 1'01''9, mais dans l'attente d'un temps révisé dans l'ES4 car il s'est arrêté quelques secondes sur le lieu de la sortie de Gilbert. Suivent William Wagner et Mathieu Arzeno (tous deux sur C3), alors que juste derrière eux on retrouve Cédric Robert sur l'Alpine A110 R-GT. Septième au milieu des nombreuses autos de la classe R5, il réalise une très belle journée, ce qui ne fut pas le cas de son acolyte François Delecour, vite éliminé. Samedi, cinq spéciales sont au programme pour un total de seulement 55 km. Autant dire que si Bonato ne commet aucune erreur, il sera très difficile à la régulière d'aller le déloger de la tête du rallye. lire aussi L'actualité du rallye