Rallye raid - Dakar - Autos - Stéphane Peterhansel s'impose à Neom et creuse l'écart en tête du Dakar

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Vainqueur de sa première étape ce mardi à Neom avec 12 secondes d'avance sur Nasser al-Attiyah, Stéphane Peterhansel a creusé l'écart au général à trois jours de l'arrivée à Djeddah. « Monsieur Dakar » a désormais 17'50'' d'avance sur le Qatari et plus d'une heure sur Carlos Sainz. Toujours placés depuis le départ de Djeddah, Stéphane Peterhansel (buggy Mini) et son nouveau copilote Edouard Boulanger ont remporté ce mardi leur première victoire d'étape au terme de la boucle de Neom (579 km dont 465 km de spéciale). Ils ont devancé le duo Nasser al-Attiyah (Toyota) de 12 minutes et Giniel de Villers (Toyota) de 12'19''. A trois journées de l'arrivée à Djeddah vendredi, Monsieur Dakar a porté son avantage au classement à 17'50'' sur le Qatari, son plus proche rival. Ayant encore perdu plus de 20 minutes (crevaisons et ''jardinage''), Carlos Sainz (buggy Mini) pointe désormais à plus d'une heure. lire aussi Le classement de l'étape Fin stratège, Peterhansel pousse chaque jour un peu plus ses pions, mais les trois étapes à venir pourraient encore réserver quelques rebondissements. « On a bien géré les parties avec de la navigation compliquée et les zones avec des pierres, raconte-t-il. C'est un petit peu des étapes comme celles qu'on avait en Afrique. »

« Ce n'est pas uniquement un sprint. On prend jour par jour et on essaie de faire le moins d'erreurs, poursuit-il. C'est vrai que pour l'instant, ça nous a permis de toujours jouer placés. La clé du Dakar, c'est d'être régulier et de ne pas s'arrêter. Ce n'est pas une nouveauté. Mais ce n'est pas fini. » lire aussi Le classement général en catégorie autos Pour Mathieu Baumel, copilote de Nasser al-Attiyah, l'histoire se complique quand même sérieusement. « Il reste trois journées, on va donner ce qu'on peut mais c'est quand même mal barré, lance-t-il. C'est injouable face aux buggys et on n'est pas aidés avec les pneus (8 crevaisons depuis le départ). » Nouvelle désillusion pour Mathieu Serradori (buggy Century), décidément maudit sur cette 43e édition. Alors qu'il avait pris la tête de la spéciale au kilomètre 354, il est tombé en panne 30 kilomètres plus loin.