Rallye-raid - Dakar - Moto - Adrien Van Beveren a « donné le meilleur » sur la 8e étape du Dakar

·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Si le pilote Yamaha, neuvième de l'étape, a perdu la tête du général au profit de Sam Sunderland, il s'estime satisfait de sa journée, marquée par une panne du bouton qui permet de faire défiler le road-book en roulant, ce qui l'a contraint à piloter d'une seule main. Adrien Van Beveren (Yamaha, 9e de l'étape, 3e du général) : « Mon bouton de road-book est tombé en panne dès les premières dunes, j'ai donc dû le faire défiler à la main, ce n'était pas facile de piloter comme ça. C'était flippant de se faire secouer dans les trous en tenant le guidon avec une seule main, mais si je n'ai que ça comme problème, tout va très bien, ça fait partie du Dakar. J'ai donné le meilleur, je n'ai aucun regret. J'imaginais que Sam allait attaquer très fort, Je suis content de ma journée et je garde le même état d'esprit : continuer à faire le moins de fautes possible jusqu'au bout » lire aussi Classement général lire aussi Classement de l'étape Sam Sunderland, vainqueur de la 8e étape « La course est très serrée cette année, c'est difficile pour nous les pilotes car c'est un peu les montagnes russes au niveau émotionnel » Sam Sunderland (GasGas, vainqueur de l'étape, leader du général) : « Il semble que l'on a changé de région, le type de terrain n'est plus le même, aujourd'hui on a eu beaucoup de sable et une navigation difficile entre les canyons, ce n'était pas facile de prendre le bon, et il fallait faire 300-400 mètres avant de se rendre compte que c'était la mauvaise direction. Il fallait vraiment prendre son temps, bien suivre le cap, la distance... Les gars qui ont ouvert ont fait un super travail. Honnêtement j'ai tout donné aujourd'hui pour essayer de reprendre du temps.

J'ai chuté quelques fois dans les dunes ce matin et je me suis un peu calmé après le ravitaillement. La course est très serrée cette année, c'est difficile pour nous les pilotes car c'est un peu les montagnes russes au niveau émotionnel. Hier, j'étais au fond après une journée difficile, mais il faut rester calme et prendre les jours comme ils viennent. Demain, après la gloire de la victoire du jour je vais être puni en ouvrant. Mais la règle est la même pour tous et celui qui veut gagner la course doit parfois gagner des spéciales. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles