Rallye raid - Dakar - Auto - Nasser al-Attiyah décroche son 4e sacre sur le Dakar

·3 min de lecture

Nasser al-Attiyah a remporté vendredi à Djeddah son quatrième Dakar devant Sébastien Loeb (BRX Hunter). Le Qatarien et son copilote Mathieu Baumel offrent à Toyota son deuxième succès sur l'épreuve. Du solide, de la maitrise, de l'expérience. Rien ne semblait pouvoir stopper Nasser al-Attiyah (51 ans) et Mathieu Baumel (46 ans dans trois jours) sur ce 44e Dakar, le 3e en Arabie Saoudite, qui s'est achevé ce vendredi à Djeddah. lire aussi Dakar 2022: le classement autos
Après avoir gagné deux étapes (plus le prologue) et dominé la course de bout en bout (la Toyota numéro 201 n'a jamais quitté la tête du général), le tandem a triomphé au terme d'une ultime spéciale dans laquelle il n'a concédé qu'une poignée de minutes. Ni Sébastien Loeb (BRX Hunter), ni Stéphane Peterhansel et Carlos Sainz, au volant d'Audi RS Q e-tron prometteuses mais souffrant encore de problèmes de jeunesse, n'ont réellement réussi à bousculer le Qatarien qui s'impose avec plus de 27 minutes d'avance sur l'Alsacien et son copilote Fabian Lurquin et plus d'une heure sur Yazeed Al-Rahji et Michael Orr (Toyota). A 51 ans, le prince du désert empoche donc son quatrième succès en dix-huit participations, le troisième pour Baumel, après ceux remportés en 2011 avec Volkswagen (et Timo Gottschalk comme copilote), en 2015 avec Mini et en 2019 avec Toyota. Le constructeur japonais inscrit pour la seconde fois son nom au palmarès de l'épreuve reine du rallye-raid. Comme en 2019 face à Nani Roma (2e avec Mini) et Sébastien Loeb (3e au volant d'une Peugeot 3008 DKR), l'équipage a exprimé sa complicité et son talent, tant au niveau du pilotage que de la stratégie et de la navigation. al-Attiyah à la hauteur de Vatanen
Après avoir porté leur avance à plus de 48 minutes à la journée de repos à Riyad (48'54'' sur Yazeed Al-Rajhi, 50'25'' sur Sébastien Loeb), Nasser al-Attiyah et Mathieu Baumel sont ensuite parvenus à gérer la course sans prendre trop de risques. Seule frayeur venue contrarier cette belle mécanique, les 350 kilomètres effectués en deux roues motrices sur l'étape 8. Mais ils n'avaient finalement lâché que 7 minutes au nonuple champion du monde WRC. Le reste du temps, ils ont pu s'appuyer sur le potentiel et la fiabilité du nouvel Hilux, une version 2022 qui a bénéficié du règlement T1+ autorisant notamment de plus grandes roues pour les 4X4, une plus grande largeur de châssis et plus de débattements au niveau des suspensions. La Toyota disposait par ailleurs d'un nouveau moteur V6 3,5 l en remplacement de l'ancien V8. Encore loin du record de Stéphane Peterhansel avec ses huit victoires en autos (plus six en motos), Nasser al-Attiyah, médaillé de bronze en ball-trap aux JO de Londres, rejoint Ari Vatanen dans le club fermé des quadruples lauréats du Dakar.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles