Rallye - Var - Loïc Duval, engagé au Rallye du Var : « Ce n'est pas du tout le même travail ! »

·3 min de lecture

Loïc Duval, vainqueur des 24 Heures du Mans 2013 (Audi) et futur pilote de la Peugeot 9x8 d'endurance, participe jusqu'à dimanche au premier rallye de sa carrière avec une Peugeot 208 Coupe Rally4 sur les routes du Var. « Parlez-nous de votre découverte du rallye. Comment se sont passées les reconnaissances et le shake down avant le départ de votre toute première épreuve sur route, vendredi ?
J'ai dû me familiariser avec le fait d'avoir quelqu'un qui me parle tout le temps à côté de moi dans l'auto, avec ma copilote Gwenola Marie qui m'annonce les notes. Cela me fait tout drôle car par nature, je ne suis pas trop bavard au volant, même à la radio en course sur circuit ; j'aime bien être dans mon univers. Le premier passage en reconnaissance a été une découverte pour noter les angles au volant tout en surveillant les rétros avec les autres pilotes habitués, qui te passent à droite et à gauche ! Puis on met un peu plus de rythme au second passage et malgré toute l'expérience de Gwenola, les notes que j'avais prises avec mes mots à moi n'étaient pas forcément justes et elle a dû les corriger. La pauvre ! Elle y a laissé une gomme tout entière ! Mais dans l'ensemble, ça s'est pas mal passé. Loïc Duval, pilote de la Peugeot 208 Coupe Rally4 « Ça va bien assez vite pour moi ! » L'adaptation au terrain n'a pas été trop compliquée ?
Il y a des secteurs chronométrés qui me conviennent mieux que d'autres avec du rythme, des enchaînements de virages sur de l'asphalte propre et assez plat. Mais il y a en deux ou trois au milieu des arbres et des ravins, avec beaucoup de bosses, un revêtement abîmé et de la terre qui me sautent clairement à la figure ! Pour le shake down, je n'avais pas reconnu le parcours virage par virage et il s'est même mis à pleuvoir après le retour à l'assistance ! Mais pour vous donner une idée, mon meilleur chrono a été le dernier, de nuit et sous l'eau, plus rapide que le premier, de jour et sur le sec. C'est vous dire la marge de progression qu'il me reste à combler !

Qu'est-ce qui est le plus déroutant ?
Je suis dans une voiture derrière un volant mais ce n'est pas du tout le même travail ! Et puis, d'un coup, je me retrouve aussi avec cette responsabilité d'avoir quelqu'un à côté de moi dans la voiture. C'est un paramètre que je n'imaginais pas. C'est mon premier rallye, je ne suis pas dans mon univers et je ne me sens pas encore au niveau mais sur circuit, si je sors de la piste, j'ai mal pour mes coéquipiers, les mécaniciens et toutes les personnes de l'équipe mais au moins, je suis seul dans l'auto. L'objectif n'est pas de faire un rallye performant face à des spécialistes, il est de découvrir de l'intérieur une autre forme de sport automobile que je respecte énormément. Cette 208 R4 est vraiment bien développée et facile à mener ; elle peut paraître sous-motorisée par rapport aux voitures plus puissantes auxquelles je suis habitué mais au final, ça va bien assez vite pour moi dans cet environnement-là ! » lire aussi Yoann Bonato pour le titre de champion de France

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles