Rallye - WRC - Arctic Rally - Sébastien Ogier veut « rester dans la bagarre » de l'Arctic Rally Finland

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

À mi-parcours de la deuxième étape de l'Arctic Rally Finland, Sébastien Ogier est 8e mais à portée de la 6e place, au minimum. À la pause, le champion du monde confiait ses espoirs pour la boucle de trois spéciales, samedi après-midi (départ à 14 h 38). « Samedi matin pour la première boucle de cette deuxième étape de l'Arctic Rally, les choses avaient l'air de se passer un peu mieux que vendredi, sur la route ?
Ce matin, c'était plus plaisant à piloter. Pas uniquement car il y avait quelques voitures devant moi pour faire le balayage (vendredi, Ogier ouvrait la route, ndlr), ça aidait mais surtout, parce que la température n'était plus la même, elle avait baissé. Vendredi, ça a été un manque de chance d'avoir quasiment la seule température positive de l'hiver, ici : la neige fondait et en partant le premier, je faisais la trace pour les autres. Mais c'est ainsi. lire aussi Ott Tänak en tête de l'Arctic Rally Finland, à mi-journée Dans la deuxième étape, nous ne sommes pas loin des chronos de Tanak. On va essayer de remonter un peu au classement mais ce ne sera pas simple. Dans la spéciale n° 3, la première du samedi, mon rythme n'était pas mauvais mais comme toutes les Toyota, il y avait un petit truc qui n'allait pas, quelque chose qui manquait et qu'on ressentait mal. Nous avons pu procéder à quelques petits ajustements et le profil de route était différent, plus rapide : ça allait mieux dans les deux spéciales suivantes. L'après-midi de samedi proposera encore un sacré challenge ! Mais nous devrons donner tout ce que nous pouvons pour rester dans la bagarre.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Vous avez rendu hommage à Hannu Mikkola, décédé dans la nuit de vendredi à samedi. Ce sont encore des noms de pilotes de rallyes qui vous parlent ?
Bien sûr, nous avions plusieurs générations d'écart et je n'ai jamais eu la chance de le rencontrer. Mais oui, nous connaissons tous la liste des champions du monde de notre sport. C'est un minimum ! »