Rallye - WRC - Grèce - Kalle Rovanperä remporte le Rallye de l'Acropole, son deuxième succès en WRC

·5 min de lecture

Kalle Rovanperä (Toyota) a remporté dimanche le Rallye de l'Acropole en Grèce, signant ainsi son deuxième succès en WRC. Le jeune Finlandais (20 ans) a devancé Ott Tänak (Hyundai) et Sébastien Ogier (Toyota), qui réalise une très bonne opération au Championnat. Deux mois après son succès en Estonie, qui a fait de lui le plus jeune vainqueur d'un rallye WRC, Kalle Rovanperä a confirmé ce week-end en Grèce que ce coup d'éclat n'était pas voué à rester sans suite. Le jeune Finlandais, associé à son copilote Jonne Halttunen, a passé trois jours au sommet de l'Olympe, quand ses rivaux le regardaient d'en bas enchaîner les scratches et s'envoler au classement, sans pouvoir réagir ni s'opposer. lire aussi Le classement du rallye En tête de l'épreuve dès l'ES3, Rovanperä a été très impressionnant samedi matin, enchaînant quatre scratches consécutifs de l'ES7 à l'ES10. Alors qu'il avait moins de quatre secondes d'avance sur Ott Tänak et Sébastien Ogier au départ de l'ES7, le Finlandais en comptait 39"7 sur l'Estonien et 43"4 sur le Français quatre spéciales plus tard. L'écart était fait face à un Tänak se plaignant fréquemment de sa Hyundai et un Ogier plus concerné par assurer le podium que prendre des risques inconséquents pour tenter d'aller chercher la victoire. « Kalle était sur un autre rythme et clairement pas sur la même prise de risques. Bravo à lui ! », commentait d'ailleurs le Français face à la performance de son coéquipier. lire aussi Le classement des pilotes Le blond et frêle Finlandais en a rajouté une couche lors de la première spéciale de dimanche, où il a relégué ses deux poursuivants à 14 et 28 secondes. Et il a conclu son week-end en beauté en dominant également la Power Stage. Le voilà face à un avenir radieux alors qu'Ogier ne disputera pas de programme complet en 2022. À l'aise sur toutes les surfaces (il a fini 3e au Rallye d'Ypres), Rovanperä sera un des favoris pour le titre l'an prochain.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Le Gapençais, finalement 3e à 1'11''3 du vainqueur, derrière Tänak (+42''1), et 3e de la Power Stage, a lui réalisé une excellente opération au Championnat, où son avance s'accroît encore avant les trois dernières manches de la saison (Finlande, où il pourrait déjà être sacré, Espagne et Monza). lire aussi L'après-Ogier a déjà démarré Evans et Neuville pas épargnés Car Elfyn Evans et Thierry Neuville n'ont pas été épargnés par les problèmes. Le Gallois a rencontré des soucis avec sa boîte de vitesses dès l'ES3 vendredi matin. Dans cette journée sans assistance à mi-parcours, il a pointé en retard des ES3 et 4, et a également perdu du temps dans les spéciales, sa boîte étant bloquée sur un rapport qu'il devait déterminer avant le départ selon le profil du parcours. Au total, cela lui a coûté plus de quatre minutes et l'a sorti du top 10, qu'il n'a pu réintégrer qu'en milieu de journée samedi. Il a fini le rallye à la 6e place (+6'42''7). Neuville a lui perdu tout espoir de bien figurer sur une seule spéciale, également vendredi matin, l'ES4. Arrivé en retard de 24 minutes au départ, après avoir tenté des réparations sur sa Hyundai avec son copilote Martijn Wydaeghe, le Belge a reçu une pénalité de quatre minutes. En cause, une fuite sur sa direction assistée, qui a rendu le pilotage de sa voiture très difficile et lui a également fait perdre près de deux minutes en 17 km. lire aussi Toute l'actu du rallye Heureusement, Neuville a ensuite réussi une réparation de fortune pour finir la journée et rejoindre l'assistance sans plus de dommages, mais le mal était déjà fait. Et malgré ses efforts pour remonter au classement depuis la 26e place, il n'a pu faire mieux que 8e (+8'41''1). Fourmaux 7e, Loubet contraint à l'abandon Les deux autres Français engagés en WRC n'ont eux non plus pas vraiment réussi leur rallye. Adrien Fourmaux (Ford M-Sport), pas franchement en confiance au volant de sa Fiesta lors d'une épreuve qu'il découvrait, a de plus pointé en retard de 18 minutes (3 minutes de pénalité) au départ de l'ES13 dimanche matin après avoir dû changer des bougies sur sa voiture. Cela l'a privé d'un duel avec son coéquipier Gus Greensmith pour la 5e place lors de cette dernière matinée, et le Nordiste doit se contenter des six points de la 7e place (+6'54''4). Crevaison, direction cassée et finalement abandon dimanche, voilà qui résume le Rallye de l'Acropole de Pierre-Louis Loubet (Hyundai), encore une fois pas épargné par les pépins, alors que son rythme en spéciale était parfois encourageant. La saison galère se poursuit pour le Corse, qui ne compte que six points au Championnat. Mikkelsen et Rossel vainqueurs En WRC2, Andreas Mikkelsen s'est imposé au volant de sa Skoda Fabia Rally2 et conforte sa première place au Championnat, devant Marco Bulacia et Mads Östberg. En WRC3, le lauréat est le Français Yohan Rossel (Citroën C3 Rally2), qui lui aussi mène le Championnat, avec 50 points d'avance sur Kajetan Kajetanowicz.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles