Rallye - WRC - Sébastien Ogier a gagné avec quatre constructeurs différents

·4 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Octuple champion du monde depuis sa victoire dimanche au Rallye de Monza, Sébastien Ogier a réussi à être performant en WRC avec quatre constructeurs différents : Citroën, Volkswagen, Ford et Toyota. lire aussi Ogier et Ingrassia décrochent un huitième titre Citroën (2008-2011 puis 2019) L'histoire entre Sébastien Ogier et Citroën débute en 2008 lorsqu'il participe, déjà avec Julien Ingrassia, au Championnat du monde J-WRC au volant d'une Citroën C2 S1600. À 24 ans, il crée la sensation dès son premier rallye, au Mexique, en finissant 8e et en marquant un point. Ses bonnes performances tout au long de la saison lui offrent un rallye en C4 WRC, en Grande-Bretagne, où il signe son premier scratch avant d'abandonner. Lors des trois saisons suivantes, en 2009, 2010, et 2011, d'abord au sein du Citroën Junior Team puis du Citroën Total WRT, Ogier décroche son premier podium (Rallye de Grèce 2009) puis sa première victoire (Rallye du Portugal 2010) et s'offre sa première lutte pour le titre, en 2011, face à Sébastien Loeb, son coéquipier. Mais des frictions et polémiques gâchent la fin de saison, et Ogier est renvoyé. Son retour chez le constructeur français, en 2019 dans une C3 WRC, malgré une saison solide (3 victoires, 8 podiums), ne lui permettra pas d'être champion (3e avec 217 points). Bilan : 59 rallyes, 10 victoires, 22 podiums VW (2012-2016) Sa nouvelle aventure avec VW, annoncée une semaine seulement après son renvoi de Citroën, débute chez... Skoda. En effet, le constructeur allemand ne doit faire ses débuts en WRC qu'en 2013, et en attendant, Ogier et Ingrassia vont devoir patienter au volant d'une Fabia S2000. Avec une voiture de catégorie inférieure, ils parviennent tout de même à finir huit fois dans les points et à se classer 10e du Championnat. Mais le temps passé sur le développement de la Polo est clairement payant, puisque dès sa première saison en WRC, Ogier survole les débats. Il est sacré au Rallye de France en Alsace, alors qu'il reste encore deux manches à disputer, et devance au final Thierry Neuville de 114 points ! Suivent trois autres magnifiques saisons, pour trois nouveaux titres mondiaux, où le duo Ogier - Ingrassia ne laisse pas grand-chose à ses rivaux, avec plus de 20 points de moyenne par rallye. Fin 2016, VW annonce son retrait du WRC, laissant le Français sans volant pour l'année suivante. Bilan : 64 rallyes, 31 victoires, 42 podiums, 4 titres mondiaux Ford (2017-2018) Ogier trouve refuge chez M-Sport, une équipe britannique privée qui aligne des Ford Fiesta. Le Français découvre donc une nouvelle voiture au sein d'une écurie moins riche et puissante que VW. Moins brillant et flamboyant que lors de ses saisons avec la Polo, Ogier parvient néanmoins à enchaîner un cinquième titre consécutif grâce à une impressionnante régularité (un seul résultat hors du top 5 en 13 rallyes). « C'était un pari osé, reconnaît-il après avoir obtenu la 3e place en Grande-Bretagne qui lui offre son 5e titre. J'ai vécu les plus belles émotions de ma vie aujourd'hui. Je savais que ce serait compliqué mais j'y ai toujours cru. J'ai vu un potentiel dans cette voiture et je ne me suis pas trompé. » Avec le soutien officiel de Ford cette fois, il réédite sa performance la saison suivante malgré une concurrence accrue. Il doit attendre le dernier rallye, en Australie, et les abandons de Thierry Neuville et Ott Tänak pour savourer son sacre, avec seulement 18 points de plus que le Belge. Bilan : 26 rallyes, 6 victoires, 15 podiums, 2 titres mondiaux Toyota (depuis 2020) Après la France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne, Ogier découvre un nouveau pays et une nouvelle culture en signant un contrat en 2020 avec Toyota, constructeur japonais revenu en WRC en 2017 dont l'écurie est basée en Finlande. Il doit encore s'adapter à une nouvelle voiture, la Yaris WRC. Et ça colle assez rapidement entre eux, avec une deuxième place dès leur premier rallye, le Monte-Carlo, et une première victoire au Mexique, 3e manche de la saison. La pandémie de Covid-19 perturbe fortement le calendrier, réduit à sept rallyes et provoque une pause forcée de six mois. Ogier décroche son septième titre après une lutte intense contre son coéquipier Elfyn Evans jusqu'au dernier rallye, à Monza. Bis repetita cette année avec un Gallois qui lui tient encore tête jusqu'à la dernière manche, à nouveau à Monza. Mais le Français, pour sa dernière saison complète en WRC, a le dernier mot et devance Evans de 23 points. Sa relation avec le constructeur japonais n'est néanmoins pas terminée puisque le Français disputera un programme partiel en 2022, en commençant par le Monte-Carlo, qu'il essaiera de gagner une huitième fois. Et il envisage une reconversion en endurance. Bilan : 19 rallyes, 7 victoires, 12 podiums, 2 titres mondiaux

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles