Rallye - WRC - Suède - Rallye de Suède (1re journée) : Elfyn Evans danse sur la glace

L'Equipe.fr
L’Equipe

Déjà très offensif au Monte-Carlo, l'équipier de Sébastien Ogier chez Toyota a dominé vendredi la première journée de course en Suède. Elfyn Evans continue de surprendre. S'il a souvent été parmi les pilotes véloces du WRC (8 rallyes terminés dans le Top 5 l'an dernier au volant d'une Ford Fiesta), le Gallois ne s'était jamais montré aussi dominateur que depuis qu'il a rejoint Toyota. En tête du Monte-Carlo à trois spéciales du but, avant de céder aux assauts des Neuville et Ogier, le Gallois réussit à nouveau des prouesses au volant de la Yaris sur les conditions tout aussi changeantes de ce Rallye de Suède, raboté en raison du manque de neige mais sauvé par les températures glaciales des deux dernières nuits, qui ont offert des conditions décentes en dehors d'une spéciale de Torsby (ES 4) disputée entièrement sur la terre. La 1re journée spéciale par spéciale Vainqueur des deux premières spéciales au programme de la première journée de course, le Gallois a conclu la première étape avec 8''5 d'avance sur Ott Tänak (Hyundai), le plus rapide sur les deux autres. « Je me sens bien au volant de la Yaris, j'arrive à bien anticiper le niveau d'adhérence et je n'ai pas l'impression de prendre des risques inconsidérés. À l'arrivée de certaines spéciales, il m'arrive même de me dire que je n'ai pas été assez rapide ! », commentait Evans, qui a signé sa seule victoire en WRC au Rallye de Grande-Bretagne 2017. En intercalant sa Hyundai entre les Toyota, Tänak a prouvé que son énorme sortie de route du Monte-Carlo était déjà oubliée et qu'elle n'aurait pas d'incidence sur son niveau d'engagement. Kalle Rovanperä aurait pu conclure la journée devant Tänak s'il n'avait calé le moteur de sa Toyota dans une épingle de la dernière spéciale. Sur le podium provisoire, le jeune Finlandais (18 ans) a tout de même impressionné. « Pour son deuxième rallye en WRC seulement, il est déjà sacrément rapide », saluait Sébastien Ogier. Le Français, lui, est quatrième. À 17''8 d'Evans. « On a fait une journée correcte, j'ai eu du mal à me livrer totalement. Notre position de départ (2e sur la toute) n'était pas idéale, mais on aurait malgré tout pu faire mieux. Nos équipiers ont prouvé que c'était possible. » Classements Quant au vainqueur du Monte-Carlo, Thierry Neuville, lui aussi légèrement pénalisé par sa première position dans l'ordre des départs, il pointait à la sixième place du général. Engagé sur ses fonds personnels après avoir été viré de Toyota en fin de saison dernière, Jari-Matti Latvala a vécu une journée cauchemardesque, avec un tête-à-queue puis un souci mécanique qui lui a coûté du temps avant de le contraindre à l'abandon.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi