Le Real et le Barça s’associent pour investir le métaverse et la crypto-monnaie

Real Madrid FC Barcelone métaverse crypto-monnaie
Souvent plus unis pour le pire, mais ici pour le meilleur, le Real Madrid et le FC Barcelone.

Fait rare pour être souligné, les plus grands rivaux du football espagnol vont s’associer. D’après l’avocat agréé en marques, Mike Kondoudis, le FC Barcelone et le Real Madrid ont déposé, le 5 août dernier, une demande commune de marque pour exploiter le métaverse et les NFT. Les deux grandes institutions veulent s’appuyer sur le secteur des nouvelles technologies pour diversifier leurs sources de revenus et améliorer l’expérience de leurs fans.

Le Real et le Barça associés pour investir dans le métaverse

Univers 100% virtuel, le métaverse est considéré comme le successeur d’internet. Il mêle des mondes virtuels 3D avec les réseaux sociaux, les places de marché et le e-commerce. Petit à petit, le milieu du sport s’est intéressé à cet univers et celui des cryptomonnaies. Plusieurs clubs de football s’y sont lancés, comme le PSG en Ligue 1, qui a lancé son fan token, suivi par l’AS Monaco. Début août, ce sont Real et le Barça qui ont conjointement déposé une demande de marques afin d’exploiter le métaverse. Celles-ci couvriront les ventes en ligne et le e-commerce, la vente de logiciels, les jeux de réalité virtuelle et la vente de prêt-à-porter (réel comme virtuel).

Le métaverse pourrait être nécessaire au monde sportif

Cette initiative conjointe, pour le moins surprenante compte tenu de la rivalité entre les deux écuries, répond au besoin d’argent des clubs espagnols, très touchés par les conséquences économique dues à la crise sanitaire. L’arrêt des compétitions en 2020 et les nombreux matches à huis clos ont causé un gros manque à gagner pour tous les clubs. Mais un monde virtuel, tel que le métaverse, pourrait permettre aux fans de rester connectés à leur équipe, tout en poursuivant les activités commerciales et ainsi, générer des gains. En juillet dernier, le club de Crystal Palace en Angleterre avait déjà fait une demande de marque couvrant les NFT, les échanges de crypto, ou encore les vêtement virtuels.