Real Madrid - Bale déçu par les sifflets du Bernabeu

Goal.com

Gareth Bale s'en est pris aux supporters du Real Madrid qui l'ont raillé cette saison. L'international gallois a signé pour les Merengue en provenance de Tottenham en 2013 mais a eu des relations difficiles avec les supporters pendant son séjour de sept ans dans la capitale espagnole.

Gareth Bale intéressé par un séjour en MLS

Bale ne peut pas comprendre le niveau de colère qui lui a été adressé ces dernières années. "C'est l'une de ces choses. Je ne le savais pas trop en venant à Madrid , a-t-il déclaré au podcast The Hat-Trick . Cela fait partie de ces choses auxquelles on ne s'attend pas. Vous ne vous attendez pas à ce que vos propres supporters fassent cela à leur propre joueur.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

"Je comprends si c'est s'adressé à l'équipe si vous ne jouez pas bien ou qu'à la mi-temps si vous êtes mené. Mais huer son propre joueur ou le siffler comme il le font, c'est tout simplement mal. 

"Parce que si vous avez un mauvais match, vous voulez que vos fans vous soutiennent. S'ils se mettent à siffler, votre confiance en vous diminue encore plus - tout devient plus difficile. Vous allez jouer moins bien, ce qui va les mettre encore plus en colère. Ils se font du mal d'une certaine manière. Pour moi, cela n'a aucun sens. Cela me déconcerte encore aujourd'hui. Je ne comprends pas, ça n'a aucun sens pour moi."

Le Gallois revient également sur l'épisode de la banderole qu'il avait brandie, sur laquelle était écrit : "Pays de Galles. Le golf. Madrid. Dans cet ordre".

"J'avais vu la banderole quelques semaines auparavant. Les garçons me l'avaient montrée et ils m'avaient dit : 'Si nous nous qualifions (pour l'Euro, ndlr), essayons de la trouver et de la faire apparaître. J'ai répondu : 'Faites ce que vous voulez, mais je ne me plierai pas en quatre pour l'obtenir.

"Ils l'ont apportée, nous fêtions tous en équipe et je ne vais pas ne pas sauter avec mes coéquipiers. C'était une plaisanterie. Un peu de plaisir. Les gens peuvent le voir comme ils le veulent."

À lire aussi