Real Madrid - Zinédine Zidane : "Content, mais on a encore beaucoup à faire"

Tenant à souligner l'apport de chaque membre du Real Madrid, Zidane est aussi resté lucide, après le sacre en finale de la Supercoupe, dimanche soir.
Tenant à souligner l'apport de chaque membre du Real Madrid, Zidane est aussi resté lucide, après le sacre en finale de la Supercoupe, dimanche soir.

À la lutte avec le FC Barcelone en championnat, le Real Madrid a devancé les Catalans ce dimanche soir, en glanant un premier trophée à l'échelle nationale. Vainqueurs en finale de la Supercoupe d'Espagne face à l'Atlético de Madrid, les hommes de Zinédine Zidane se sont en effet imposés au terme d'un derby disputé, grâce notamment à une prestation de haute volée du gardien Thibaut Courtois, décisif lors de la séance de tirs aux buts. 

Les Merengue s'offrent la Supercoupe d'Espagne (0-0, 4-1 tab)

En conférence de presse d'après-match, l'entraîneur du Real Madrid, vainqueur de sa 9ème finale en autant de finales disputées sur le banc du club, avait à coeur de savourer, tout en restant mesuré au vue des nombreuses échéances qui attendent son équipe cette saison. 

"Je suis l’entraîneur mais il y a beaucoup de gens derrière moi"

"Nous sommes tous ensemble et nous avons bien préparé les matchs. Ça n’a pas été facile, il a fallu être patient, tranquille… Nous ne savions pas comment marquer à la mi-temps mais nous nous avons été patients. On est monté en puissance jusqu’à la fin, comme toujours. Ce n’est jamais simple de gagner un trophée, encore moins contre l’Atletico. Les deux équipes ont eu des occasions. Il nous reste beaucoup de compétitions alors il faut être content, mais on a encore beaucoup à faire", a confié Zinédine Zidane, qui avait une pensée pour les membres de son staff, qui l'aident au quotidien à faire du Real une équipe compétitive. 

"Il faut féliciter tout le monde, Courtois aussi. Il a du mérite sur son match et durant la séance de tirs au but. C’est le travail de Roberto Vazquez [l’entraîneur des gardiens], Courtois ne travaille pas avec moi. C’est son mérite (...) Comme je dis toujours je suis l’entraîneur mais il y a beaucoup de gens derrière moi. C’est un travail collectif", a souligné le Français. Des déclarations aussi classes que fédératrices de la part du Champion du Monde 1998. 

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi