Red Bull n'exclut pas de prêter Albon à une autre écurie

Basile Davoine
·2 min de lecture

Après avoir décidé de mettre et sera présent sur la majorité des Grands Prix. Toutes les portes ne seront toutefois pas fermées contractuellement.

Lire aussi :

Red Bull pense à concevoir ses propres moteurs en F1

Crise du COVID-19 oblige, la saison 2020 a prouvé qu'il existait une probabilité accrue de voir des pilotes déclarer forfait. Sergio Pérez, blessé lors des deux derniers Grands Prix. Si une telle situation devait se présenter l'an prochain dans une écurie n'appartenant pas au giron Red Bull, la firme serait encline à laisser son pilote la saisir afin de renouer avec la compétition, lui qui visera parallèlement un retour en 2022.

"Nous lui avons assuré que nous aurons énormément recours à ses services lors des essais", explique Helmut Marko, conseiller spécial de Red Bull, dans une interview accordée à Motorsport.com. "Après tout, il y a les pneus 2022 à tester et il y a des essais distincts pour cela. Il fera beaucoup de simulateur et il sera également présent sur de nombreuses courses en tant que réserviste. Nous concernant, ça implique quatre voitures. Les chances de l'utiliser existent. De plus, nous sommes prêts à le prêter si une situation survient dans une autre écurie où il y a besoin d'un pilote rapidement. Il pourra ainsi faire des kilomètres en course. Ce n'est donc pas terminé pour lui."

C'est après avoir longtemps repoussé sa décision ces dernières semaines que Red Bull a finalement choisi de recruter Sergio Pérez pour succéder à Albon aux côtés de . Ce choix s'est finalement imposé aux yeux de l'état-major autrichien, principalement en raison de l'irrégularité de son pilote en 2020, mais aussi en raison d'un challenge difficile à relever mentalement.

"Il y avait un manque de constance et il était trop facilement perturbé quand, par exemple, le vent gagnait en intensité ou venait d'une direction différente", explique Marko. "Ou quand les pneus commençaient à se dégrader, il perdait du temps de manière disproportionnée. C'est certainement aussi une histoire de mental. Mais quand on a un coéquipier qui pilote en permanence au top niveau, peu importe comment se comporte la voiture, je crois que ça joue un rôle mineur. Bien sûr, sur le plan mental, tous les articles et les résultats insatisfaisants l'ont déstabilisé. L'écart avec Verstappen s'est accentué au cours de la saison, il ne s'est pas réduit. C'était marginal, mais il a augmenté."

Propos recueillis par Christian Nimmervoll