Red Bull peut réussir en reprenant le projet Honda, selon Wolff

Fabien Gaillard
·3 min de lecture

Après l'annonce du départ de Honda de la F1 l'année prochaine, Red Bull envisage purement et simplement de racheter à la firme nippone ses installations et sa propriété intellectuelle pour pouvoir fabriquer et utiliser ses moteurs. Cette option est privilégiée, dans l'esprit des dirigeants de la marque autrichienne, par rapport à celle consistant en l'achat de moteurs auprès de Renault.

Toutefois, Red Bull a clairement expliqué que ce projet ne serait viable qu'en cas de gel moteur décidé par les instances à compter de 2022, car il lui est impossible d'envisager un développement et/ou une conception d'unités de puissance, en raison des dépenses importantes que cela engendrerait. Une position qui a d'ores et déjà rencontré l'opposition de Ferrari et de Renault qui refusent pour le moment toute idée de gel.

Lire aussi :

Pourquoi le retrait de Honda ne suscite pas de panique en F1 Le rachat du moteur Honda par Red Bull est-il envisageable ? Mercedes : Honda va "tout donner" pour sa dernière saison en F1

Mercedes au contraire soutient une telle option et pense que Red Bull serait capable de mener à bien le projet de reprise des moteurs pour en faire la base de succès futurs. "Red Bull n'est pas seulement une équipe de course et une équipe qui a connu beaucoup de succès, mais c'est aussi une compagnie d'ingénierie", rappelle Toto Wolff.

"Il semble qu'Honda a fait du bon travail en apportant des évolutions à l'unité de puissance. Il y a de bonnes choses dans les tuyaux, et ils seront toujours là l'an prochain, en donnant tout pour être victorieux au championnat. C'est pourquoi je pense que Red Bull peut rencontrer le succès en utilisant la propriété intellectuelle de Honda et en la développant. Mais ensuite, à moyen terme, nous allons innover, nous tous, pour travailler sur un nouveau concept moteur qui pourrait être introduit dès 2024 ou 2025. C'est là que l'attention de chacun d'entre nous va se déplacer."

En tout cas, si Wolff estime que la Formule 1 pourrait se contenter d'avoir trois motoristes en cas d'échec du projet de reprise, il croit que la discipline devrait tenir compte de la situation globale et comprendre la valeur qu'aurait le fait de maintenir une quatrième option, d'autant plus si cela encourage les deux équipes détenues par Red Bull à rester dans le championnat. "Je pense qu'ils ne sont pas très enclins à revenir au statut de client", souligne-t-il.

"Je crois vraiment que Honda a fait un très bon travail, et il y a des performances à venir qui donnent confiance à Red Bull. Mais je comprends également qu'ils ne veulent pas se lancer dans une guerre de dépenses avec tous les autres constructeurs pour le développement des moteurs. C'est une proposition sensée que je souhaite soutenir. Je pense que Red Bull est une marque extrêmement importante pour la Formule 1, et nous devrions tout faire pour que les deux équipes restent en Formule 1 et les aider en leur donnant la possibilité d'avoir un statut de constructeur."