Red Bull voulait une "clarté absolue" sur le règlement moteur

Basile Davoine

Sur fond de soupçons pesant sur , plusieurs écuries dont celle de Milton Keynes ont sollicité les instances pour comprendre ce qui était autorisé et ce qui ne l'était pas. Tout est parti de la hausse de performance constatée des monoplaces de Maranello après la trêve estivale, principalement en qualifications.

L'avantage de puissance affiché par l'équipe italienne a éveillé les commentaires suspicieux ainsi que les doutes de certains concurrents, incitant ces derniers à poser des questions parfois simples et évidentes pour pousser la FIA à réaffirmer des principes clairs. Ce fut notamment le cas autour de l'utilisation du débitmètre, la question de  en octobre ayant déclenché la publication de l'une des nombreuses Directives Techniques. Ces mesures vont dans le bon sens selon Red Bull, afin de garantir l'équité entre tous les motoristes.

Lire aussi :

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Ferrari : "Nous sommes unis et solidaires, y compris les pilotes"

"L'unité de puissance est une partie incroyablement complexe de la voiture", rappelle à Motorsport.com Christian Horner, directeur de Red Bull. "Et je pense que la FIA n'a pas l'expertise que les équipes ont développée. Je pense que ce qui a été clarifié est un verrouillage dans différents domaines, qui se concentre sur ce qui va se passer plutôt que sur ce qui est derrière nous. Pour nous, ce qui était extrêmement important était d'avoir une clarté absolue avant de débuter la saison 2020. Nous sommes très reconnaissants pour la clarification qui nous est parvenue. C'est pour le bien de tout le monde."

Outre les clarifications apportées, la FIA a instauré un changement majeur à son processus de contrôle des unités de puissance avec l'introduction d'un deuxième débitmètre. Celui-ci sera fourni à chaque équipe et installé sur toutes les monoplaces, au même titre que le premier capteur, afin de détecter une éventuelle hausse du débit de carburant qui ne l'aurait pas été.

Malgré les spéculations et les suspicions de certaines écuries, aucune infraction commise par Ferrari n'a été relevée ou démontrée en 2019 autour de l'exploitation moteur. La Scuderia a par ailleurs rappelé que ses groupes propulseurs avaient fait l'objet de nombreuses vérifications tout au long de la saison, sans que la FIA ne trouve quoi que ce soit à redire. Par ailleurs, si des écuries ont demandé des clarifications réglementaires, aucune n'a porté réclamation à l'encontre de Ferrari.

Propos recueillis par Jonathan Noble  

À lire aussi