"Je regarde mon but en finale de la Copa America tous les soirs!" - Richarlison, héros d'Everton et du Brésil, revient sur une année mémorable

Goal.com

Après un été en or avec son pays, Richarlison vise plus de succès avec son club.

Et pour Everton, c’est une bonne nouvelle.

L'attaquant est plus connu pour ses regards renfrognés que pour ses sourires, mais il ne peut cacher son plaisir alors qu'il s'assoit avec Goal pour une interview exclusive, afin de discuter de son ascension en tant que professionnel.

La Copa América, remportée le mois dernier par le Brésil sur le sol national, est naturellement à l’ordre du jour. Richarlison était l’un des nouveaux éléments de l’équipe de Tite, mais il en est devenu le héros. En finale contre le Pérou, c’est son penalty qui  a engendré le titre de son pays dans un Maracana en liesse.

"Je regarde la vidéo de mon but sur pénalty tous les soirs!" explique Richarlison, les yeux brillants. "Il a fallu un certain temps pour que cela devienne réalité et que nous réalisions ce que nous avions vraiment accompli.

Pour moi et ma famille, ce fut une grande réussite - malgré les difficultés que j'ai eues pendant le tournoi…"


Parlons de ces difficultés. Peu importe le fait de marquer en finale, ce fut un exploit pour Richarlison d'être simplement là.

Il avait bien commencé le tournoi mais après avoir perdu sa place au profit d'Everton pour le dernier match de groupes, il a été diagnostiqué forfait avant le quart de finale face au Paraguay pour cause d'oreillons.

Isolé dans une chambre d'hôpital de Porto Alegre, il pensait que sa Copa America était terminée.

"C'était difficile", dit Richarlison. "Tous les jours, je me levais et me regardais dans le miroir pour voir si le gonflement avait diminué.

C'était un miracle à certains égards, car toutes les recherches que j'ai effectuées indiquaient un temps de récupération d'au moins deux semaines. Même le médecin ne pensait pas que je pouvais revenir si vite, à temps pour la demi-finale et la finale, mais j’ai réussi à récupérer en quatre ou cinq jours."


Ce faisant, et en marquant en finale et en soulevant le trophée, Richarlison a suivi les traces de son idole, le grand Ronaldo Luis Nazario de Lima. Le Ronaldo original, pour vous et moi.

"Je l'aime", dit Richarlison, éclatant d'un autre sourire. "Il est l'un des plus grands joueurs de l'histoire du football. La raison pour laquelle je porte des crampons jaunes, c'est lui. Je me souviens de lui qui marquait beaucoup de buts avec des crampons jaunes. J'ai donc choisi en hommage à lui!

Je pense beaucoup à lui et regarde des vidéos de lui sur le chemin des matches. Je prends exemple sur lui en tant que joueur et je continuerai à le faire, compte tenu de son excellent exemple."

Richarlison Ronaldo
Richarlison Ronaldo



Il raconte l'histoire de sa rencontre avec Ronaldo lors d'un événement Nike à Londres l'année dernière.

"Ce n'était que pour quelques secondes, mais je lui ai parlé", dit-il. "Il m'a dit de continuer d'être comme je suis et que je pourrais réussir dans l'équipe nationale brésilienne. Ce n’était que 20 secondes mais c’était suffisant pour me rendre vraiment heureux.

Avant l'événement, je tremblais à l'idée de le rencontrer! J'étais tellement excité, car je ne l'avais jamais vu auparavant ailleurs qu'à la télévision. Ce fut un moment vraiment spécial pour moi. "


Richarlison a clairement pris en compte les conseils de son héros. Assez impressionnant à Watford, en moins d’un an, il a été transféré à Everton, où son ascension s’est poursuivie pour un transfert de 56 millions d'euros. Le coût fut rapidement oublié.

"La valeur de mes frais de transfert a suscité beaucoup de critiques et de négativité. Et qu'on le veuille ou non, c'était un pari du club."

Les arrivées de Fabian Delph, de Jean-Philippe Gbamin, de Djibril Sidibé et d'Alex Iwobi, ainsi que le transfert définitif d'André Gomes, confirment l'optimisme du côté de Goodison avant le premier match à domicile de la saison. Watford sera l’opposant de ce samedi.
 

"Nous rêvons d'une place en Ligue Europa ou en Ligue des Champions", déclare Richarlison. “Donc, amener ces joueurs de qualité augmente nos chances. Ils nous rendront plus forts et nous nous battrons pour atteindre ces objectifs."

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi