Pour se relancer en Ligue 1, Nantes compte sur un retour en forme de Moussa Sissoko

Les Nantais de Moussa Sissoko ont battu l'Olympiakos en Ligue Europa, le 8 septembre, à la Beaujoire (2-1). (F. Faugère/L'Équipe)

Plutôt caché en première partie de saison, le milieu international doit s'imposer dans l'entrejeu de Nantes, qui a urgemment besoin d'un troisième succès en L1 contre Auxerre.

Deux succès après seize journées en Ligue 1, un tous les deux mois, contre Toulouse (3-1, le 28 août), et Brest (4-1, le 16 octobre), tout en prolongeant la magie de la Coupe de France 2022 jusqu'à un barrage de Ligue Europa contre la Juventus, le mois prochain. Les Nantais ont vécu d'élans contraires depuis cet été, et après un 0-0 de reprise à Troyes ni très rassurant ni trop inquiétant, mercredi, il leur faut absolument être capable de battre un autre concurrent pour le maintien, ce dimanche après-midi, pour remettre les choses dans le bon ordre et se détacher de la zone rouge.

lire aussi : Le classement de L1

Contre Auxerre, ils vont devoir faire sans leurs supporters, qui boycottent la programmation durant ces fêtes de fin d'année, de même que sans leur coach sur le banc (suspendu). En attendant des renforts, un ailier droit qui pourrait être le Jordanien Moussa Al-Tamari (Louvain), un milieu et un défenseur central, Antoine Kombouaré doit compter sur ses forces du moment.

Comme Ludovic Blas, Moses Simon ou Mostafa Mohamed, Moussa Sissoko doit être l'un de ceux qui peuvent arranger les choses quand c'est difficile, mais le milieu international de 33 ans (71 sél., 2 buts) n'a pas encore donné sa pleine mesure depuis qu'il a voulu relever le défi nantais après tant d'autres, l'été dernier, et il doit devenir plus indispensable en 2023, au regard de son statut. « Je sais que j'aurais pu et dû mieux faire, j'assume pleinement, disait-il avant la reprise. Je n'ai pas été flamboyant sur cette première partie de saison. »

Une lésion aux ischios au mois d'août ne l'avait pas aidé à trouver son rythme, et il a eu du mal à s'intégrer dans le milieu nantais quand Kombouaré cherchait la bonne formule dans ce secteur. Il n'avait pas débuté les deux seules rencontres de Championnat qui se sont soldés par un succès et a commencé à enchaîner des matches en entier quand la coupure Coupe du monde est arrivée.

Très en jambes à la repriseÀ Troyes, mercredi, il a laissé une impression mitigée dans un milieu à trois - avec Girotto en sentinelle - qui n'a pas toujours été assez coordonné mais qui a quand même limité les intentions troyennes. Sissoko aurait pu lancer sa saison, marquer les esprits et changer le match s'il n'avait pas manqué un face-à-face avec le gardien troyen, à 0-0. Il s'est parfois dispersé par volonté de trop bien faire, peut-être, et a manqué de justesse. Mais il fut aussi plus mobile et dur sur l'homme qu'il ne l'a été, il a récupéré dix ballons et a été le Nantais qui a le plus couru avec Girotto, le troisième au nombre de sprints. Réussira-t-il à faire resurgir le Sissoko de Tottenham ?