Remco Evenepoel : « Ce n'est pas encore fait pour la victoire finale de la Vuelta »

Remco Evenepoel a peut-être fait un pas décisif vers son premier Grand Tour ce jeudi. (L. A. Gomez/Presse Sports)

Remco Evenepoel a peut-être fait un grand pas vers la victoire finale de la Vuelta en remportant la 18e étape jeudi. Mais même s'il reconnaît être en confiance, le Belge veut rester prudent.

Remco Evenepoel (Quick-Step Alpha Vinyl), vainqueur de la 18e étape de la Vuelta et leader du général : « C'est un nouvel accomplissement dans ma vie. C'était une étape assez difficile avec des montées très dures, des attaques précoces d'UAE Team Emirates avec Almeida... La course était vraiment difficile, mais nous sommes toujours restés calmes. Je pense que c'est ce que j'ai appris, à toujours rester calme. Cet hiver, j'ai beaucoup travaillé sur mon sprint après de gros efforts, donc ça a payé. Le but est toujours d'essayer de laisser l'échappée partir, pour qu'ils prennent les bonifications. Gagner au sommet avec le maillot rouge est incroyable. C'était la journée la plus parfaite de ma vie. Gagner la Vuelta, ce n'est toujours pas fait, il reste une étape vraiment difficile. Ils vont certainement m'attaquer. Mais peut-être que maintenant c'est plus facile à contrôler parce que je sens que mes jambes vont vraiment bien ».

lire aussi

Le classement de la 18e étape de la Vuelta

Enric Mas (Movistar), deuxième de l'étape, au micro d'Eurosport : « Ce n'était pas vraiment une montée pour moi, mais les sensations étaient très bonnes. L'équipe a travaillé dur toute la journée donc j'ai essayé dans la dernière ascension. Je dois féliciter Remco Evenepoel pour sa victoire d'étape, il est très fort. Dans la Sierra de Guadarrama, tout peut arriver samedi. La confiance que me donne l'étape d'aujourd'hui m'encourage à continuer. J'espère gagner une autre étape, et peut-être le classement général. Je vais me battre jusqu'au bout ».

Richard Carapaz (Ineos-Grenadiers), nouveau leader du classement de la montagne : « Sur le Tour, c'était différent, je voulais vraiment porter le maillot de montagne. Ici, ça s'est fait sur une mauvaise situation de course, car le leader est tombé et mon coéquipier Carlos [Rodriguez] aussi. À vrai dire, je n'allais pas me battre pour le classement de la montagne, nous avions beaucoup de points de retard et ça n'avait pas de sens de se battre pour ça. J'espère juste que Vine se remettra bientôt. Au final, nous avons vu que nous ne pouvions pas aller au bout [avec l'échappée] et l'équipe m'a dit d'arrêter et d'aider Carlos. J'ai essayé de l'aider autant que possible. Je pense qu'il a passé un très mauvais moment aujourd'hui (vendredi). Maintenant, nous avons un maillot et je pense que ce serait bien de le porter à Madrid. Si je peux le ramener à la maison, tant mieux ».

lire aussi

Le classement général de la Vuelta

Robert Gesink (Jumbo-Visma), 3e de l'étape, repris à 200 mètres de l'arrivée au micro de Sporza, chaîne néerlandaise : « J'ai déjà gagné beaucoup de belles courses (dont une étape de la Vuelta en 2016) et celle-ci aurait été sympa à ajouter. Dans mon oreillette, j'ai entendu : 30 secondes... 27 secondes... Et soudain, j'ai vu une roue avant apparaître derrière moi. Mais je suis quand même content d'une très bonne journée sauf les 200 derniers mètres... »

lire aussi

Toute l'actualité du cyclisme