Remco Evenepoel tout proche du sacre, Richard Carapaz vainqueur pour la 3e fois sur cette Vuelta

Le bras rageur, Richard Carapaz pouvait savourer sa troisième victoire d'étape sur cette Vuelta (R.Gomez/AFP)

L'Équatorien Richard Carapaz a remporté la 20e et avant-dernière étape de la Vuelta samedi, son troisième succès sur ce Tour d'Espagne. Remco Evenepoel, jamais inquiété, conserve son maillot rouge et remportera, sauf chute, son premier Grand Tour.

Après Mads Pedersen (Trek-Segafredo) vendredi, Richard Carapaz a également fait le triplé sur la Vuelta en remportant la vingtième étape samedi. Parti dans l'échappée du jour, le grimpeur équatorien a résisté dans la dernière ascension et les ultimes faux plats montants au groupe des favoris. Il a devancé sur la ligne Thymen Arensman (Team DSM) et Juan Ayuso (UAE Team Emirates).

Evenepoel serein, Mas résigné

Impressionnant de facilité, Remco Evenepoel (Quick Step Alpha Vinyl) lui n'a jamais tremblé face à un Enric Mas (Movistar) vite résigné. L'Espagnol avait promis « d'essayer jusqu'à la mort » jeudi soir après la victoire du Belge. Il aura essayé... une fois ! Dans le Puerto de la Morcuera, avant dernier col de cette Vuelta, la Movistar a mis en route. Accélérant le rythme du peloton, les hommes d'Uzebio Unzue ont tout fait pour mettre sur orbite celui qui compte déjà deux deuxièmes places à Madrid.

lire aussi

Le classement de l'étape

Alors à 40 kilomètres de l'arrivée, l'Espagnol a tenté. Timidement. Une attaque suivie aisément par le Belge qui est alors monté à hauteur de son rival. Un regard, quelques mots échangés et le sourire de dépit d'Enric Mas en guise de conclusion, comprenant sans doute qu'il ne reverserait pas le double vainqueur de la Classica San Sebastián. Remco Evenepoel remportera dimanche, sauf catastrophe, son premier Grand Tour à 22 ans... en deux participations seulement (Giro 2021 comme première expérience).

Après cela, plus grand-chose à signaler. Quelques accélérations des UAE Team Emirates de Joao Almeida afin de distancer le jeune Carlos Rodriguez (Ineos-Grenadiers) qui perd deux places au général au profit du Portugais et de Thymen Arensman, à l'attaque dans le final.

Richard Carapaz, acte III

Avant ce final, 26 coureurs s'étaient fait la malle au terme d'un début d'étape particulièrement animé. Parmi eux, de grands noms déjà vu à l'avant cette semaine (Nibali, Caparaz, Higuita, Mentjies) et trois Français (Pinot, Guglielmi, Champoussin).

lire aussi

Le film de l'étape

Prenant cinq minutes d'avance au maximum, les hommes de tête ont vu la Bora Hansgrohe de Jai Hindley prendre, inexplicablement, les choses en main dans le peloton. Seule explication crédible, protéger la dixième place de l'Australien vis-à-vis de Louis Mentjies (Intermarché Wanty Gobert), présent dans l'échappée. Un temps à l'avant, Thibaut Pinot décrochait dans l'avant-dernier col qui voyait Carapaz, Mentjies et Higuita (Bora-Hansgrohe) prendre les devants.

L'équipe allemande aurait pu se mordre les doigts de sa tactique étonnante puisque Sergio Higuita fut le dernier à résister à l'Équatorien. Passant au dernier sommet de cette Vuelta, à six kilomètres de la ligne, avec moins de vingt secondes d'avance sur le groupe des favoris, le champion olympique a résisté dans les ultimes kilomètres pour s'offrir son troisième succès d'étape sur ce Tour d'Espagne. À 15'' sur la ligne, Remco Evenepoel pouvait lui décompresser. Il ne lui reste qu'à parader dimanche sur la courte étape de 97 kilomètres amenant les coureurs à Madrid avant de mettre fin à 44 ans de disette belge sur les Grands Tours.

lire aussi

Le classement général de la Vuelta