Remco Evenepoel remporte la 18e étape de la Vuelta et conforte son maillot de leader

Remco Evenepoel devant Enric Mas, une image souvent vue sur ce Tour d'Espagne. (R. Gomez/Presse Sports)

Remco Evenepoel a envoyé un sacré message à ses adversaires en remportant jeudi une 18e étape de la Vuelta particulièrement animée. Il a devancé Enric Mas et le malheureux Robert Gesink, repris à 200 mètres de la ligne. Grâce aux bonifications, Evenepoel accentue son avance au classement général à trois jours de l'arrivée.

Remco Evenepoel (Quick Step Alpha-Vinyl) est bien le patron de cette Vuelta. Attaqué de toutes parts jeudi, le Belge s'est finalement imposé au sommet de l'Alto del Piornal, lieu d'arrivée de cette 18e étape. Il a devancé Enric Mas (Movistar) et le malheureux Robert Gesink (Jumbo-Visma), repris à 200 mètres de la ligne.

Vine abandonne et Rodriguez au tapis : premier acte d'une folle journée

Ils étaient encore une fois nombreux au départ à espérer intégrer l'échappée du jour, dont le large leader au classement de la montagne Jay Vine (Alpecin Deceuninck). Mais une chute après 20 kilomètres va brutalement achever son Tour d'Espagne réussi avec ses deux victoires d'étapes. Touché, l'Australien repart en ambulance et cède son maillot bleu et blanc à Richard Carapaz.

Une chute qui a également amené au sol Mads Pedersen (Trek-Segafredo), en tête du classement par points, mais surtout Carlos Rodriguez (Ineos Grenadiers). Sévèrement amoché sur tout le côté gauche, le jeune grimpeur (21 ans) va faire preuve d'un courage admirable pour s'accrocher tout au long de l'étape. Distancé dans la dernière ascension, il cède sa quatrième place à Miguel Angel Lopes (Astana) et 1'19" à Evenepoel.

Acte II : Joao Almeida joue son va-tout

Passé ce premier coup de tonnerre, un groupe de 42 (!) cyclistes va réussir à prendre le large après 40 kilomètres de course. Parmi eux, de solides clients (Carapaz, Gesink, Carthy, Nibali, Higuita) et des Français (Pinot, Molard, Gesbert, Peters).

Avec 9 minutes d'avance, on pense l'échappée lancée vers la victoire mais Joao Almeida (UAE Team Emirates) va donner un supplément d'âme à cette étape. Le Portugais, sixième du général à 6'51" au départ, attaque à 90 kilomètres de la ligne avec trois difficultés encore à franchir.

lire aussi

Le classement de la 18e étape de la Vuelta

Une belle stratégie d'équipe avec Ivo Oliveira dans le groupe devant, attendant son leader au sommet de la première difficulté, puis Marc Soler repris au premier passage de l'Alto del Piornal, la formation émiratie a mis en place le tableau noir prévu au briefing. Malheureusement pour elle, Movistar et Astana, pour protéger Mas et Lopes, ne vont jamais laisser plus de 1'30'' au Portugais. Repris à 7,5 kilomètres de l'arrivée, il finira 10e de l'étape avec les principaux favoris. Un coup d'épée dans l'eau.

Mas harcèle Evenepoel, dernier acte du jour

Forcément, cette tentative de putsch d'Almeida a relancé la course au grand dam des échappées. Au pied du dernier passage par l'Alto del Piornal (13,8 km à 5,6 %), six hommes parmi lesquels Gesink, Gesbert, Pinot et Carapaz ne possèdent plus qu'1'45'' d'avance sur le peloton.

À 9 bornes du sommet, Enric Mac place une première banderille tranchante. Remco Evenepoel suit sans broncher avant de lui-même attaquer quelques hectomètres plus loin. Le duel va durer toute l'ascension, alternant attaques de Mas et des poursuivants du Belge au général et moments de temporisation propices au regroupement.

À ce petit jeu, on a bien cru que Robert Gesink remporterait sa deuxième victoire de sa carrière sur le Tour d'Espagne. Faussant compagnie à ses compagnons d'échappée, le Néerlandais va résister jusqu'à 200 mètres de la ligne après une nouvelle accélération de Mas. Cruel.

Evenepoel n'en a cure, il remporte sa première victoire en ligne sur un Grand Tour et consolide son maillot rouge. Avec un dernier col loin de l'arrivée vendredi, il ne reste vraisemblablement plus que samedi pour renverser le coureur de la Quick Step. Vu ses jambes, la tâche s'annonce sacrément compliquée.

lire aussi

Le classement général de la Vuelta

Les Français encore pas loin

Thibaut Pinot (Groupama-FDJ), présent dans la grande échappée, a terminé 6e de l'étape, à 13'' de Remco Evenepoel. Il n'aura pas manqué grand-chose au Tricolore pour décrocher la première victoire française sur cette Vuelta. Élie Gesbert (Arkéa-Samsic), encore dans le coup à 5 kilomètres du sommet, n'a pas réussi à tenir la roue de Robert Gesink après une belle étape également.