Remco Evenepoel s'est fait peur lors de la 12e étape de la Vuelta

Remco Evenepoel, cuissard déchiré et plaie apparente après la course, reste fixé sur la défense de son maillot rouge de leader. (J. Guerrero/AFP)

Leader de la Vuelta, le coureur de la Quick Step s'est fait peur en chutant lors de la 12e étape.

Pour les Quick-Step, la Vuelta aurait pu tourner au cauchemar. Jeudi, vingt-quatre heures après l'abandon sur chute de Julian Alaphilippe, victime d'une luxation de l'épaule droite, Remco Evenepoel n'a pas été loin de connaître le même sort. À quarante-cinq bornes de l'arrivée, le leader du Tour d'Espagne est allé au sol à la sortie d'un virage. Cuissard déchiré, touché à la hanche droite et au coude, le jeune Belge (22 ans) s'est relevé sans le moindre geste de panique avant de changer de vélo et de rejoindre le peloton quelques minutes plus tard, parfaitement épaulé par ses coéquipiers.

lire aussi

Richard Carapaz s'impose, Remco Evenepoel reste leader

« Les chutes font partie des choses du vélo, expliquait-il tranquillement à l'issue de l'étape. Dans le sud de l'Espagne, les routes sont souvent grasses et chaque virage peut être dangereux. C'est sensiblement la même chute que Julian : la roue avant est partie et j'ai perdu le contrôle du vélo. J'ai préféré rester tranquille, ne pas céder à la panique. Quand ça arrive, c'est la meilleure chose à faire. Je savais que mes coéquipiers étaient là pour m'attendre. Maintenant, je vais soigner ça. Je ne vais pas me stresser et rester concentré sur les prochaines étapes. »

Jeudi, Evenepoel a facilement conforté sa première place au général. Pourtant, les Movistar, Jumbo-Visma et Ineos Grenadiers ont bien tenté de durcir la course dans la montée finale vers Penas Blancas. En vain. Le prodige belge est imperturbable.

lire aussi

Le classement général de la Vuelta