Renaud Lavillenie ne sautera pas avant la mi-décembre

Renaud Lavillenie prend son mal en patience. (F. Faugère/L'Équipe)

Renaud Lavillenie laisse le temps à un ischio douloureux de cicatriser. L'ancien recordman du monde du saut à la perche ne renonce cependant pas à la saison en salle.

Renaud Lavillenie ne se rendra pas en stage au soleil en décembre comme il en a l'habitude. Le perchiste (36 ans) a certes repris l'entraînement, mais a minima. En cause, une douleur à l'insertion du tendon de l'ischio qu'il traîne depuis le début de l'été. « J'étais alors dans une situation où soit je m'arrêtais et ne faisais pas de saison, soit je gérais et, une fois la saison terminée, je m'occupais de le traiter correctement », explique l'ancien recordman du monde. C'est cette solution qu'il a choisie.

Alternant repos et soins, Lavillenie a repris le chemin du Stadium Jean Pellez d'Aubière, près de Clermont-Ferrand, mais sans sauter. « On s'était mis d'accord de ne reprendre la perche que quand je n'aurai plus mal et que je pourrai sauter, continue Lavillenie. Les dernières contraintes sur l'ischio remontent au 17 septembre, et il faut attendre trois mois pour avoir un ischio bien cicatrisé ».

Le All Star Perche en ligne de mireDans le meilleur des cas, cela l'amènerait à reprendre les perches à la mi-décembre ( « ce serait un beau cadeau de Noël », dit-il), mais il n'entend pas aller trop vite et se dit prêt à attendre la mi-janvier si nécessaire. À défaut de sauter, Lavillenie continue de s'entraîner et effectue environ 75 % de travail nécessaire à cette période. Ce qui fait que même avec trois séances de perche, il pense pouvoir être capable de prendre part à des compétitions cet hiver, dont bien entendu son All Star Perche, prévu le 25 février à Clermont-Ferrand. Il ne prendra cependant aucun risque. « Je prends le temps de prendre du temps », glisse-t-il dans un sourire.

lire aussi : Toute l'actu de l'athlétisme