Renault en F1 : des "indicateurs positifs" mais "pas d'assurances"

Basile Davoine
motorsport.com

À l'aube d'une année 2020 pour laquelle il a lui-même insisté sur les "enjeux stratégiques", Cyril Abiteboul n'a pas évité les questions portant sur l'engagement futur de Renault en Formule 1. Pour autant, le directeur général de la branche sportive du Losange a rapidement fixé le cadre lors de la présentation officielle de la saison, jeudi à Paris : "Je n'ai pas de révélations à faire, je n'ai pas d'annonce à faire sur le sujet et je pense qu'elles seront faites par quelqu'un d'autre que moi-même". Il a notamment renvoyé à la présentation des résultats financiers du groupe Renault qui aura lieu vendredi, laissant entendre que la direction pourrait alors faire un nouveau point sur la situation… ou ne rien indiquer du tout.

Mia Sharizman, directeur de la Renault Sport Academy, Esteban Ocon, Renault F1 Team; Daniel Ricciardo, Renault F1 Team; Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport F1, Alain Prost, directeur non-exécutif Renault F1 Team

Mia Sharizman, directeur de la Renault Sport Academy, Esteban Ocon, Renault F1 Team; Daniel Ricciardo, Renault F1 Team; Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport F1, Alain Prost, directeur non-exécutif Renault F1 Team <span class="copyright">Renault</span>
Mia Sharizman, directeur de la Renault Sport Academy, Esteban Ocon, Renault F1 Team; Daniel Ricciardo, Renault F1 Team; Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport F1, Alain Prost, directeur non-exécutif Renault F1 Team Renault
Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Renault

En octobre dernier, le conseil d'administration de Renault avait annoncé un "examen approfondi" de la stratégie du groupe, dont les résultats ne sont pas encore connus. Tout au long des derniers mois, les changements ont été nombreux à la tête du constructeur tricolore, ce qui n'a pas facilité les choses pour les responsables des programmes sportifs. Néanmoins, Cyril Abiteboul insiste sur le ressenti positif qui s'est dégagé des discussions.

"Il y a eu des nouveaux visages, des nouvelles personnes avec lesquelles interagir à plusieurs étages", explique-t-il. "J'ai envie de dire que ça a pris du temps pour Jérôme Stoll et moi-même d'interagir avec ces nouvelles personnes et de leur expliquer la stratégie, la manière dont c'est structuré, pourquoi on est structuré ainsi, etc. Mais à tous les étages et à tout moment, on a bénéficié d'une écoute et d'un accueil favorable. Les gens qui se succèdent à ces postes-là observent que l'on fait de la F1 depuis 43 ans. On a la chance d'essayer de perpétuer un héritage et une tradition."

"Je n'ai pas l'impression qu'un des dirigeants qui se sont succédés ait eu en tête de se dire que c'était un bon choix de s'en priver [de la F1], on a plutôt envie de capitaliser dessus. Mais il faut aussi que la Formule 1 fasse son examen de conscience, ça ne peut pas être la F1 à n'importe quel prix. Il faut que le niveau de performance soit bon, décent, et que ce soit à un prix correct et dans un sport qui se porte bien. Le sport se porte bien, le niveau va s'améliorer avec les nouveaux accords commerciaux, le niveau de budget aussi grâce au plafonnement. Donc quels que soient les indicateurs aujourd'hui, ils sont positifs. Les décisions n'ont pas été prises car ce sont des projets d'accord et qu'ils ne sont pas signés, et tant que ce n'est pas signé je ne dis pas que ça l'est, mais aujourd'hui sur le principe, j'ai plutôt confiance dans l'avenir."

Lire aussi :

Renault a "des objectifs modestes" et vise la quatrième placeLa Renault R.S.20 n'aura sa livrée définitive qu'à Melbourne

Revenant plus en détail sur les futurs Accords Concorde, Cyril Abiteboul a également rappelé qu'ils couvraient l'un des points majeurs qu'était la gouvernance en Formule 1. Renault s'est depuis longtemps positionné sur une ligne qui prône l'implication des équipes dans les décisions cruciales sans toutefois se retrouver dans un scénario de blocage comme ce peut être régulièrement le cas actuellement. "Liberty a envie de pouvoir faire évoluer le sport, d'être progressiste", souligne Abiteboul. "Dès qu'il y a un système d'unanimité, on se fait planter, il n'y a rien de pire que l'unanimité pour être progressiste. Donc il n'y a pas de secret pour dire que Liberty va tout faire pour éviter ça."

Propos recueillis par Léna Buffa  

À lire aussi