Renault juge possible de modifier la moitié des F1 en 2021

Basile Davoine
·2 min de lecture

Le gel partiel des châssis et la relative stabilité réglementaire ne priveront pas les écuries d'apporter de nombreux changements à leurs monoplaces durant l'intersaison. Au point de créer davantage de surprises que prévu ? Pour Pat Fry, directeur technique châssis chez , il reste une multitude de domaines dans lesquels chacun peut travailler et tenter de progresser.

"Même si différentes parties de la voiture sont homologuées et que l'on ne peut pas les changer, il y a encore beaucoup de choses qui sont ouvertes et qui sont des opportunités à saisir", assure Pat Fry. "On ne peut pas faire une toute nouvelle voiture, mais on peut clairement en faire la moitié d'une. Nous travaillons sur ce que nous pensons être raisonnable et nous essayons d'en faire le plus possible."

Au cours de la saison 2020, Renault a réalisé des progrès intéressants sur le plan aérodynamique mais qui demeurent encore insuffisants pour atteindre totalement les objectifs fixés. L'écurie, qui deviendra Alpine cette année, entend s'appuyer sur cette progression pour la conforter, avec des points précis sur lesquels les ingénieurs d'Enstone se concentrent.

"Outre le nez, le châssis, le moteur et la boîte de vitesses, nous envisageons de revoir l'essentiel des éléments", explique Pat Fry. "Je pense que ce sera la même chose pour tout le monde. Nous devons poursuivre le chemin qu'a pris le département de développement aéro en ce qui concerne la philosophie que nous voulons. Les modifications [réglementaires] sur le fond plat changent de façon assez importante les structures de flux d'air, mais encore une fois, c'est la même chose pour tout le monde. Nous devons faire de notre mieux, faire avec. Mais fondamentalement, nous essayons juste de développer la philosophie que nous avions déjà. Il y a encore une grande marge de manœuvre concernant ce que l'on peut faire dans ce cadre réglementaire."

Lire aussi :

Williams voit une opportunité à saisir en 2021

Les écuries vont devoir adapter leurs monoplaces conformément à trois changements réglementaires imposés par la FIA dans le but de limiter le développement de l'appui aérodynamique : le fond plat sera amputé et simplifié devant chaque pneu arrière, le diffuseur modifié et les ailettes sur les écopes de freins arrière réduites. L'objectif est de réduire de 10% la capacité aéro des F1 en 2021 afin que les pneus Pirelli subissent moins de contraintes.

"Même si ça semble être un changement insignifiant, la modification du fond plat altère grandement la manière dont évolue l'aéro à l'arrière de la voiture", insiste Pat Fry. "Ce sera vraiment à celui qui gérera le mieux cela, et à partir de là nous verrons si ça peut bouleverser la hiérarchie. J'imagine que McLaren peut changer davantage de choses, car ils ont un changement d'unité de puissance qui permet de modifier un peu la charge d'autres éléments en dehors de l'homologation classique."