Renault porte encore réclamation contre Racing Point

Basile Davoine
·2 min de lecture

Comme il fallait s'y attendre, avec sa RP20 si jamais les commissaires déclarent la monoplace illégale.

Seul n'a pas pu prendre le départ en raison d'un problème sur son unité de puissance. La réclamation de Renault n'est donc officiellement déposée que contre la voiture #18. Comme lors des fois précédentes, elle est liée aux articles 2.1 et 3.2 et à l'annexe 6 paragraphes 1, 2(a) et 2(c) du Règlement Sportif de la Formule 1.

Lire aussi :

Course - Hamilton gagne sur trois roues dans une fin de GP irrespirable ! Réclamation contre Racing Point : audience la semaine prochaine

Racing Point est dans le viseur de Renault — et implicitement d'autres équipes — pour sa copie de la Mercedes W10 de l'an passé, que certains estiment non réglementaire. Renault vise notamment les écopes de freins, supposant qu'elles sont similaires à celles utilisées en 2019 par le constructeur allemand et qu'il est impossible d'en avoir fait une copie parfaite sans avoir échangé des informations. Cela serait alors contraire à la réglementation en vigueur concernant les "pièces listées", qui doivent être entièrement conçues par chaque équipe et en toute indépendance. 

Toutes les réclamations portées par Renault vont être rassemblées pour la FIA, qui a déjà saisi des pièces et demandé des dossiers argumentés et fournis à Racing Point. Une audience est prévue la semaine prochaine, avant le Grand Prix du 70e Anniversaire, toujours à Silverstone .

Directeur technique de Racing Point, Andy Green rappelait ce week-end que l'écurie était sereine pour que l'affaire soit rapidement close. 

"Nous avons travaillé dessus ces dernières semaines", a-t-il expliqué. "Certains documents sont parvenus à la FIA le week-end dernier, puis notre défense a été envoyée aux commissaires il y a quelques jours. Les avocats ont travaillé intensément tout au long de la semaine dernière. Nous pensons qu'elle [la réclamation] devrait être rejetée. Je pense que la réglementation est plutôt claire. Et nous avons été très clairs sur ce dossier quant à la réglementation. On peut voir que nous avons tout fait dans le respect des règles. Nous pensons donc qu'il n'y a pas d'affaire à résoudre."