"Tu rentrais chez toi seule…" 36 ans après, le meurtrier de Tina, 14 ans, écrit une lettre d’aveux

·2 min de lecture

Un homme emprisonné pour le meurtre d’une adolescente qu’il a toujours nié a finalement reconnu les faits, six ans après sa condamnation.

Jusque-là, il n’avait cessé de nier les faits. Condamné pour meurtre en 2014 et incarcéré depuis en Californie, Steven Carlson a finalement avoué, depuis sa cellule. En 1984, la jeune Tina Faelz, âgée de 14 ans, a été tuée à Pleasanton, en Californie. Dans trois lettres obtenues par le «San Francisco Chronicle», l’homme qui avait 16 ans à l’époque, a expliqué avoir tué sa camarade de classe avec un couteau de cuisine, au moins 44 fois.

Les trois courriers sont séparés en différentes catégories, l’une est un communiqué adressé aux agents de liberté conditionnelle, l’autre pour la famille de Tina, et la dernière est directement adressée à sa victime. «Cette lettre d’excuses les plus sincères arrive trop tard», écrit-il dans l’une d’elles. «Je vivais dans le déni depuis des années, j’étais incapable de croire et de prendre la responsabilité du meurtre brutal que je t’ai fait subir ce jour du 5 avril 1984. Je veux que toi et ta famille sachiez que tu n’as absolument rien fait pour mériter ce que je t’ai fait endurer. C’est ce qui rend ce meurtre si atroce et horrible», peut-on lire.

"Tu as eu l’horrible surprise de me voir t’attaquer brutalement pour te tuer"

Le meurtrier de Tina était resté des années dans la nature, laissant sa famille incapable de faire son deuil. Ce n’est qu’en 2011 que les progrès des analyses ADN ont permis de remonter jusqu’à Steven Carlson, grâce à du sang retrouvé à l’époque sur le sac à main de la victime. Au moment d’effectuer les tests, les enquêteurs ont découvert que cet ADN correspondait à celui de l’homme déjà incarcéré à Santa Cruz. «Il a passé environ la moitié de sa vie en prison pour viol, accusation de drogue et violation de sa libération conditionnelle. En 1984, c’était un garçon de(...)


Lire la suite sur Paris Match