Repêché de dernière minute et qualifié : Alexandre Müller, la journée de folie

Loris Belin
·1 min de lecture

Il est près de 14 h à Melbourne, à peine 4 h du matin en France. Alexandre Müller est libéré. Libéré de sa chambre d'hôtel qu'il ne connaît que trop bien. Libéré des longues heures d'attente interminables pour savoir si sa venue en Australie a eu du sens. Sa patience a été récompensée et Müller en a profité. Le joueur de 24 ans s'est qualifié pour le deuxième tour de l'Open d'Australie en dominant Juan Ignacio Landero (4-6, 6-3, 6-0, 6-3), un match qu'il ne devait pourtant pas jouer.

Le 210e joueur mondial a bénéficié du forfait de dernière minute d'un autre Argentin, Federico Delbonis, pour entrer dans le tableau principal à Melbourne. Le Pisciacais, lucky loser, avait buté au troisième tour des qualifications disputées à Doha contre le Russe Aslan Karatsev. Mais plutôt bien placé sur la liste pour suppléer des absents en fin de semaine dernière, il avait tenté sa chance et s'était rendu en Australie dans l'espoir que les ennuis des uns feraient son bonheur. Richard Gasquet touché au pied, il était en début de matinée à une place peu envieuse, à caresser l'espoir d'un repêchage sans savoir si un nom allait se retirer du tableau. "...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi