Les Restos du Cœur lancent leur nouvelle campagne sur fond de précarité aggravée

Les Restos du Cœur lancent leur nouvelle campagne sur fond de précarité aggravée

aide - L’association compte plus que jamais sur la générosité des Français

Après le Covid, l’inflation : les crises qui se succèdent ont nettement aggravé la précarité, au point que certaines familles doivent choisir entre « se nourrir et se chauffer », s’alarment les Restos du Cœur qui lancent ce mardi leur 38e campagne annuelle. « Les premiers effets de la crise inflationniste se font déjà sentir », souligne l’association fondée par Coluche : depuis avril dernier, le nombre de bénéficiaires a bondi de 12 % et leurs difficultés se sont accrues, puisque 60 % (au lieu de 50 % un an plus tôt) vivent dans l'« extrême pauvreté », c’est-à-dire avec moins de la moitié du seuil de pauvreté (551 euros par mois). Quelque 30 % n’ont même aucune ressource.

Les frais de chauffage pris en compte

Pour mieux tenir compte de l’inflation, l’association vient d’adapter ses règles : pour évaluer si une personne est éligible à une aide, elle prend désormais en compte non seulement ses revenus et son loyer, mais aussi ses frais de chauffage. Car « en ce moment, tout est cher, c’est difficile ! », constate Ami, 39 ans, une bénéficiaire rencontrée par l’AFP dans un « Resto bébé du Cœur » à Paris, où elle est venue chercher de quoi habiller et nourrir sa fille de 11 mois. Dans ce centre, les mamans venues avec leurs bambins en poussette peuvent récupérer des fournitures indispensables, mais aussi demander des consei(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Pourquoi la précarité énergétique risque de monter en flèche cet hiver
Pourquoi de plus en plus de chômeurs de longue durée basculent-ils dans la pauvreté ?
TikTok : En larmes, une étudiante en grande précarité se confie sur sa situation, la vidéo devient virale