Retour gagnant pour Rafael Nadal à Madrid

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Rafael Nadal s'est montré solide pour son retour à la compétition. (V. West/Reuters)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Rafael Nadal a franchi le deuxième tour du Masters 1000 de Madrid en prenant le meilleur sur Miomir Kecmanovic (6-1, 7-6 [4]). Presque tous les signaux sont au vert pour l'Espagnol.

Privé des premiers tournois de terre battue de la saison, Rafael Nadal retrouvait donc sa surface fétiche à l'occasion du Masters 1000 de Madrid après un mois et demi d'absence pour une blessure aux côtes. Un retour d'autant plus attendu que sur la première partie de la saison, sur dur, Nadal n'avait perdu qu'un seul match, en finale d'Indian Wells face à Taylor Fritz, et remporté le premier Grand Chelem de l'année.

Étrange situation que de nourrir quelques inquiétudes à son encontre alors qu'il retrouve l'ocre sous ses semelles. La première était de savoir s'il avait bien retrouvé l'intégralité de ses moyens physiques. Sa seule présence à Madrid était un gros élément de réponse tant il était impensable que l'Espagnol prenne le moindre risque avant Roland-Garros. Ses premiers entraînements ont confirmé qu'il était bien en mesure de taper la balle à pleine puissance. Restait un petit doute sur sa capacité à servir à plein régime car c'était le coup qu'il avait le plus tardé à reprendre.

lire aussi

Le tableau du Masters 1000 de Madrid

Les doutes sur la pleine forme de Nadal n'auront été que de courte durée, le temps qu'il se mette en jambes et retrouve de la longueur dans ses frappes. Et ce n'était pas Miomir Kecmanovic, balayé 6-1 dans le premier set qui allait dire le contraire. Sans mal jouer, le Serbe était simplement dominé par le meilleur joueur au monde sur terre battue.

Un jeu décisif pour faire la différence

Curieuse, elle aussi, de voir le retour du roi sur sa terre, la pluie s'invitait en début de deuxième set, obligeant la fermeture du toit. Une demi-heure plus tard, Nadal reprenait son entreprise de démolition. Le temps de sauver une balle de break avec un gros service et Nadal avait retrouvé le rythme. La concentration, elle, était un peu plus volage et un petit relâchement lui coûtait un débreak permettant à Kecmanovic de recoller à 3-3.

Face à un adversaire devenu plus accrocheur, Nadal a cherché à varier son jeu, notamment en venant plus souvent au filet. À 5-5, il serrait le jeu pour faire le break. Mais Nadal, moins efficace, ne parvenait pas à boucler le match sur son service et se retrouvait poussé au tie-break. Kecmanovic ne parvenait pas y hausser son niveau pour faire douter un adversaire en peine pour conclure. Et Nadal poursuit donc son chemin dans le tableau.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles