Le retour plus que réussi de Novak Djokovic à l'occasion de la Laver Cup

Novak Djokovic s'est baladé samedi face à Frances Tiafoe. (P. Lahalle/L'Équipe)

Le Serbe, qui n'avait plus joué depuis sa finale victorieuse à Wimbledon, a fait belle impression samedi soir en dominant tranquillement Frances Tiafoe.

Sur le site de Novak Djokovic, à côté de son planning qui le situe à la Laver Cup ce week-end, le mot exhibition est écrit pour parler de la compétition. Le Serbe ne devait pas avoir lu sa propre notice et il a gentiment concassé Frances Tiafoe, demi-finaliste de l'US Open (6-1, 6-3 en 1 h 12'), pour son retour au jeu après son titre à Wimbledon début juillet. Roger Federer en était bluffé et lui glissait à un changement de côté : « Du fond du court, c'est incroyable. Tellement de contrôle, c'est beau de voir ça après tant de mois. »

L'ancien numéro 1 mondial (7e à l'ATP cette semaine), non vacciné contre le Covid, a été privé de tournée américaine et donc de l'US Open. Il faudra attendre encore un peu pour tirer de grandes conclusions mais « Nole » a pris très au sérieux cette première occasion de se tester.

Novak Djokovic, après sa victoire contre Frances Tiafoe

« Je voyais la balle très bien, je n'ai pas manqué grand-chose aujourd'hui, je ne pouvais pas être plus heureux pour mon retour. Je suis vraiment satisfait de ma performance. »

« C'était un match plutôt solide on va dire, lâchait-il sourire aux coins des lèvres sur le court avant de rendre longuement hommage au Suisse. Je voyais la balle très bien, je n'ai pas manqué grand-chose aujourd'hui, je ne pouvais pas être plus heureux pour mon retour. Je suis vraiment satisfait de ma performance. »

La soirée rappelle que, si Federer est désormais retraité et si les prochaines semaines de Nadal sont floues, il faudra bien compter avec lui. « J'ai juste hâte de pouvoir jouer le reste de la saison indoor », anticipait-il au début du week-end.

Tel-Aviv, un ATP 250 et Astana, un ATP 500, pour la première fois à son programme ces prochaines semaines, constitueront deux occasions de monter en puissance. Il aura aussi un titre à défendre, à Bercy (31 octobre - 6 novembre), pour mettre sa patte sur la fin de saison. Avant le Masters de Turin pour lequel il n'est pas encore officiellement qualifié.

lire aussi

Novak Djokovic : « Je veux être le seul propriétaire de mon corps »