La revanche des Européens avec le titre de Ducati en MotoGP

Bagnaia et Ducati sur le toit du monde, mais pour combien de temps ? (@photopsp_lukasz_swiderek)

Après quinze années de domination japonaise sur le titre pilotes, une écurie européenne, Ducati, s'est enfin imposée cette saison, grâce à Francesco Bagnaia.

Un événement a eu lieu dimanche à Valence. Pour la première fois depuis 2007, un pilote au guidon d'une moto européenne est devenu champion du monde. Et si Francesco Bagnaia est le pilote de l'année, Ducati est sans discussion possible le constructeur de la saison.

Après quinze ans de domination japonaise, via Honda, Yamaha ou Suzuki, l'Europe, et plus précisément l'Italie, a enfin réussi à s'imposer.


lire aussi

Bagnaia, pas si fragile que ça

À 25 ans, Pecco Bagnaia est devenu le septième Italien à triompher en catégorie reine après Umberto Masetti, Libero Liberati, Giacomo Agostini, Marco Lucchinelli, Franco Uncini et Valentino Rossi, qui avait décroché le dernier titre du pays en 2009.

Pour Ducati, c'est le retour au sommet, 15 ans après le titre de Casey Stoner. Et le constructeur italien a tout raflé cette année : le Championnat des équipes avec le Ducati Lenovo Team, qui devance Red Bull KTM de 117 points, ainsi que celui des constructeurs (Ducati devance Yamaha de 192 points !).


Le titre attribué à des marques japonaises entre 1973 et 2007

Une statistique résume le côté exceptionnel de cette saison : le dernier européen champion sur une moto européenne est le Britannique Phil Read, sacré en 1974 avec MV Agusta. Et pour trouver un Italien champion sur une moto italienne, il faut remonter deux années plus tôt, en 1972, avec Giacomo Agostini, qui était d'ailleurs présent à Valence, tout comme Valentino Rossi, là aussi avec MV Agusta.

Déjà, entre 1973 et 2007, le titre n'était revenu qu'à des marques japonaises, avant ce one shot de Ducati. Qu'en sera-t-il dans les années à venir ? Est-ce que les constructeurs européens, Ducati en tête, arriveront à surfer sur cette vague ? Côté japonais, Suzuki s'en va, laissant Honda et Yamaha seuls. Côté européen, ça progresse, avec également Aprilia et KTM qui sont capables de signer régulièrement des podiums.

Forcément, chez Ducati, on y croit. « Aujourd'hui, l'équipe est plus forte qu'elle ne l'a jamais été et ce résultat est extrêmement important pour ôter cette pression et être plus concentré que jamais afin de faire bien dans le futur, a commenté Claudio Domenicali, le patron du constructeur. Je crois vraiment que cela peut être le début d'un parcours très positif pour Ducati. »

La marque de Borgo Panigale, un quartier de Bologne, avait déjà remporté les titres constructeurs ces deux dernières saisons. Mais alors que Rossi, Andrea Dovizioso, Andrea Ianonne ou Jorge Lorenzo avaient échoué à offrir le titre pilotes à Ducati après le départ de Stoner en 2010, Bagnaia y est lui parvenu dès sa deuxième saison dans l'écurie officielle, après avoir déjà fini vice-champion en 2021.


Une saison émaillée de polémiques

La Desmosedici, autrefois réputée pour être très difficile à dompter, est aujourd'hui devenue la meilleure moto du plateau. La marque a toujours été sur la première ligne depuis 40 Grands Prix et reste sur 26 podiums consécutifs. Et Pecco incarne le présent et l'avenir d'un constructeur, pour qui tout n'est pas rose pour autant.

Car des polémiques ont émaillé la saison face à l'armada de bolides Ducati : huit motos réparties dans quatre écuries (Ducati Lenovo Team, Gresini Racing, Mooney VR46 et Pramac).


lire aussi

La suprématie de Ducati dérange en MotoGP

Leurs rivaux ont évidemment peu apprécié cette domination et l'ont fait savoir, soupçonnant également les pilotes du clan Ducati de s'aider entre eux via des consignes plus ou moins assumées.

Des critiques que le clan italien, qui a beaucoup travaillé et pris de risques depuis 2015 pour faire de sa moto une machine à gagner, a balayées d'un revers de main il y a quelques semaines.

« Honda a dominé pendant dix ans et personne ne s'en plaignait, a répondu par exemple Luca Marini, pilote de l'équipe satellite VR46. Il faut juste essayer de s'améliorer. Dépenser plus d'argent ou faire un meilleur boulot. »


lire aussi

Toute l'actualité moto